Archive pour le mot-clef ‘Principe de Peter’

Principe de Peter

Lundi 29 mars 2010

Popularisé depuis de longue années par les réflexions, magnifié par le dépit, encensé comme une prophétie par tous ceux qui un jour ont remarqué que le chef, l’employé, le fonctionnaire, leur interlocuteur, était complétement dépassé par les évènements: tel était jusque là le statut du principe de Peter.

Pour ceux qui en seraient ignorants, le principe de Peter, tel que traduit par Evene se formule :

Dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever au niveau de son incompétence.

ou en version originale :

Every new member in a hierarchical organization climbs the hierarchy until he/she reaches his/her level of maximum incompetence.

Principe qui s’exprime supposément par un manque d’efficacité des grandes structures.

Le blog Improbable Research de Marc Abrahams se faisait hier l’écho de la recherche menée par Alex Pluccino et ses collègues de l’ Université di Catania en Italie, qui ont réussi à prouver la véracité de ce qui n’était jusque là qu’une idée largement admise.

Illustration de Pacotine

Discussion entre collègues

Au moyen de simulations informatiques les chercheurs sont semble-t’il parvenu à prouver 2 choses:

  1. Le principe de Peter est une réalité effectivement à l’œuvre.
  2. Toute autre méthode de promotion serait plus efficace.

Ils sont ainsi parvenus à la conclusion assez déconcertante que pour éviter les effets du principe de Peter, il serait plus pertinent de:

  • Promouvoir les employés au hasard.
  • Promouvoir aléatoirement les meilleurs et pires en termes de compétence.

Rappelons que le principe de Peter suppose des taches radicalement différentes d’un niveau à l’autre, impliquant que la compétence pour un niveau donné soit totalement indépendante de la compétence au niveau précédent (mais donc aussi de l’incompétence).

Il est intéressant de noter que le principe de Peter, pourtant psychologue1 implique de la part de l’organisation une reconnaissance de la compétence mais aussi une tolérance vis à vis de l’incompétence. Une mauvaise foi crasse et peu coutumière de ma part, un zeste de sarcasme, une pointe de mauvaise humeur auraient chacun pu me faire écrire que son principe était principalement d’application dans la fonction publique; heureusement l’expérience m’a montré le contraire pas plus tard que la semaine dernière.

Tout cela me mettrait en joie si le corollaire du principe de Peter n’était pas :

Avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité.

Merci à Pacotine pour son illustration

  1. et Canadien mais ce n’est pas pertinent pour ce qui nous intéresse []