Archive pour le mot-clef ‘Homéopathie’

L’argent aide à supporter la douleur.

Mercredi 14 avril 2010

Bien entendu, pas en doses homéopathiques.

Non, pas d’ions Argent miraculeux, pas de composés argentique opiacé ou tétrahydro-carabiné, non l’argent, le flouze, le pez (pas le distributeur de bonbons), l’oseille.

On savait déjà que chaque billet est recouvert d’autant de drogue que les cacahouètes de bistrot le sont d’urine1, mais ce ne serait pourtant un effet ni de la l’une ni de l’autre.

L’estime de soi avait déjà montré son efficacité dans la résilience de l’individu face à la douleur. Il semble donc que la possession de somme d’argent soit a minima l’une des composantes de l’estime de soi. La valeur de l’individu ne serait-elle donc à ses yeux, que le reflet des valeurs qu’il possède ? Il y a là matière à refléxion pour nos sociétés.

Un protocole d’une extrême simplicité.

Une des choses agréables avec ces études sorties du chapeau, c’est que ça ne nécessite que peu d’appareillage, rien de bien compliqué. Comme un tour de magie ça parait limpide. Jugez un peu : un groupe de volontaire se voit demander de compter des billets par un groupe de scientifiques. Certains comptent de vrais billets et d’autres des coupons blancs. On leur dit que c’est pour tester leur habileté. Pour on leur demande de mettre la main dans un récipient d’eau très chaude pour voir « à quel point ils trouvent cela douloureux et quelle durée ils peuvent tenir ». J’ai l’esprit mal tourné mais je trouve de base le protocole foireux2 et étrange.

  • Pas de gants pour manipuler les billets, on ne peut donc pas exclure un effet de dermique de la cocaïne.
  • Rien les yeux bandés pour vérifier que c’était bien la certitude consciente de tenir les billets qui jouait.
  • Et puis surtout, de l’eau très chaude ? Je ne suis pas de l’Université du Minnesota qui a fait l’étude mais je m’interroge. Si l’eau est assez chaude pour produire une douleur qui finit par être insupportable, alors à quelques degrés près on passe de la sensation de chaleur intense à la brûlure grave: quelle température ? à quel moment cette température est-elle mesurée ? La conductivité thermique de l’eau étant ce qu’elle est3, qu’en est-il des mouvements de la main qui ont une importance capitale ?
  • Et dernier point, le billet induit une résistance, non une immunité, l’on peut donc en supposer que tous finissent par sortir la main de l’eau en hurlant « ah crévindiou mais vous n’avez point toute votre tête, c’est bougrement chaud, saperlipopette »4, la différence statistique entre les durées de ceux qui tiennent les billets et les autres est-elle vraiment significative ? Peut-elle même l’être ?

La douleur c’est compliqué, mais la science avance

Une chose est certaine, plus que de savoir si la fortune peut aider à supporter la douleur, il faudrait savoir à partir de quelle somme ? Où est la limite entre un « Aaarg donnez moi de la morphine ou achevez moi, j’en peux plus arrrrg grreuh » et un « Diantre ma Dame, je ne sens presque rien, si vous pouviez consentir à me chatouiller les tétons à la scie à bois, ce ne pourrait qu’embellir mon après-midi ».

Quoi qu’il en soit, le patient moyen peut déjà très facilement appréhender lui-même sa douleur. L’article précise en effet que les études précédentes ont défriché quelques pistes. Il semblerait ainsi que caresser un animal ou regarder une photo de l’être aimé ait une efficacité démontrée5.

Vivement que les retraits du distributeur soient remboursés par les mutuelles.

Source :

  1. je sais, c’est une discrimination intolérable envers les moins riches []
  2. si si c’est un terme scientifique, en tout les cas je milite pour []
  3. ce qui rend le froid humide plus difficilement supportable que le froid sec par exemple []
  4. ou quelque chose d’approchant []
  5. caressez l’être aimé en regardant la photo d’un animal risque de vous mener droit en psychiatrie []

Si l’homéopathie ne soigne pas, elle peine à tuer

Lundi 1 février 2010

Le 30 Janvier 2010 plus de 300 personnes se sont suicidées, ce geste fort devait servir à prouver leur théorie, à dénoncer l’imposture de l’homéopathie.

Un truc sympa avec les remèdes ancestraux, c’est qu’ils s’appuient sur des croyances ancestrales, elles mêmes véhiculées depuis des siècles par nos aïeux.

Ainsi en est-il des superstitions. Ainsi en est-il des « recettes de grand-mère ».

Quelques fois, ces superstitions sont fondées. Souvent elles sont fausses ou dangereuses. Et quelques fois des hommes mettent leur vie en jeu pour le prouver. Cela n’est pas forcement aussi dramatique que le « Et pourtant elle tourne ». Dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui cela se rapproche même plus de la comédie que du drame.

300 personnes ont donc tenté de se suicider par overdose d’homéopathie. Il n’est même pas sur que vous en ayez entendu parler et c’est une preuve de plus à leur crédit.

Les lois de la publicité sont ainsi faites qu’avoir raison leur a donné tord. Ils avaient raison, l’homéopathie n’a pas d’effet autre que le placebo; et comme parmi eux personne n’était dupe, personne n’est mort. Les médias n’ont donc rien eu à promouvoir puisqu’il ne s’était rien passé. On envoie pas une armée de reporters filmer des gars qui gobent des pastilles de sucre !

Les 3 principes de l’homéopathie

Homéopathie

Homéopathie...

  • Similitude : La guérison est censée venir d’un produit apte à provoquer les mêmes symptomes que ceux qui sont combattus. Cette caractéristique est souvent comparée à un vaccin contre ce symptôme.
  • Adaptation : Forcer l’interférence d’un homéopathe dans l’homéopathie pour adapter correctement cette médecine au patient ? Rappelez moi, les homéopathes sont payés en cas d’auto prescription ? Non ? Ho ? Alors oui adaptons !

J’avoue je suis de mauvaise foi en critiquant ce principe là. Ce principe est évidemment le plus inattaquable, celui qui donne caution à toute la théorie. Dommage que les gélules toutes prêtes en fasse le seul non respecté.

  • Dynamisation: Entre chaque dilution, la solution doit être secouée énergiquement.

Selon toute probabilité, il y a de grande chance que pour un principe actif donné, sa concentration dans l’océan soit plus grande que dans vos billes homéopathiques.

On peut se le faire prescrire ?

Les préparations homéopathiques vont jusqu’à des dilutions de 30 CH1. Est-ce un effet de mon esprit critique mais je ne parviens toujours pas à savoir où vont tous ces volumes. Le CH correspond en effet à une dilution au centième (en volume). Le mode opératoire précise que l’on doit diluer au centième, 1CH, puis dynamiser la solution avant de recommencer une dilution au centième pour arriver à 2CH, et ainsi de suite jusque, quelques fois, 30CH.

Je ne m’amuserai pas à vous calculer les volumes que représentent la dilution d’une goutte à 30CH. Par contre je m’interroge, d’une goutte de teinture mère, j’obtiens 100 gouttes à 1CH soit, c’est encore un volume aisément manutentionnable2, vu le nombre de dilutions restant à effectuer je ne prendrai qu’une goutte de cette solution et ainsi de suite durant très longtemps. Que fait l’industrie homéopathique de ces solutions surnuméraires ? Il faut bien qu’elles deviennent quelque chose, le volume finit par être tel que juste garder des cuves ne parait pas viable.

Wikipédia nous informe qu’une dilution de 9CH correspond à 1.32M³dans les océans de la planètes. Un rapide calcul montre donc que 12CH correspond à 1.32mL dilué dans les océans. Où sont les gigantesque cuves de l’industrie de l’homéopathie dans lesquelles elle stock les différentes dilution ? Et que fait elle des eaux de rinçage de ces cuves ?3

L’efficacité de l’homéopathie est proportionnelle au nombre de personnes qui y croient parmi celles chargées de vérifier cette efficacité.

Bien qu’aucune preuve de malversation, de triche ou d’autre forme de manipulation n’aient jamais pu être prouvée, l’efficacité de l’homéopathie, dépend en grande partie de la foi de ceux qui la démontrent. Cette caractéristique est partagée avec la théorie de la mémoire de l’eau4, qui auraient pu être une justification de l’homéopathie si …la plupart des traitements homéopathique n’étaient proposés sous forme de pastille de sucre plutôt qu’en solution. Et si le principe de similitude relevait effectivement de la médecine …

L’homéopathie n’est pas dangereuse par elle-même. Seul un surdosage chronique et démesuré est à même de provoquer … du diabète ? Ce qui est dangereux,  et c’est ce que cette campagne d’overdose par homéopathie devait faire comprendre, c’est de faire croire que l’homéopathie a un réel effet. Car des gens croient se soigner avec ça. Quel intérêt d’aller prendre des médicaments ayant des risques d’effets secondaires quand l’homéopathie peut guérir sans aucun de ces aléas qu’impliquent les thérapies modernes.

A noter que symboliquement ce suicide a eu lieu a 10h23, 6×1023 étant le nombre D’Avogadro. C’est le nombre d’atomes ou de molécules dans une mole5 de produit (la fameuse masse molaire étant la masse de cette mole de produit). Ce nombre est symbolique pour les opposant de l’homéopathie de par son existence même. Si vous avez 5 molécules dans un verre d’eau et que vous diluez d’un facteur 10 pour reprendre un verre d’eau… vous n’avez pas une demie molécule dans le verre. En fait à cause des parois de votre premier récipient qui vont en garder un nombre impossible à déterminer, il y a de grandes chances qu’il ne reste rien dans votre verre. A 12CH vous diluez déjà d’un facteur 1024. Il y a toute les chances que vous n’ayez aucune molécule dans la solution.

Heureusement que l’effet placebo est puissant…

Les gens malades essaient de se soigner par l’homéopathie, les gens sains essaient de mourrir par l’homéopathie, sans plus de résultat pour les uns que pour les autres.

Et c’est tant mieux

Sources :

Pour en savoir plus

  1. centésimale hahnemannienne []
  2. la différence allant de 20 à 60% je précise que j’utilise la goutte métrique de 50mm³ []
  3. Je suis un optimiste, je ne peux croire que ces eaux sont relarguées … ce serait de l’inconscience … non ? []
  4. je ne peux que vous encourager à lire l’histoire de la mémoire de l’eau, mémoire qui est heureusement transmissible par radio… []
  5. la mole étant par définition la quantité de matière contenue dans 12g de carbone 12 (le carbone normal avec 12 nucléons, l’isotope stable majoritaire) []