Archive pour le mot-clef ‘Effet Placebo’

L’argent aide à supporter la douleur.

Mercredi 14 avril 2010

Bien entendu, pas en doses homéopathiques.

Non, pas d’ions Argent miraculeux, pas de composés argentique opiacé ou tétrahydro-carabiné, non l’argent, le flouze, le pez (pas le distributeur de bonbons), l’oseille.

On savait déjà que chaque billet est recouvert d’autant de drogue que les cacahouètes de bistrot le sont d’urine1, mais ce ne serait pourtant un effet ni de la l’une ni de l’autre.

L’estime de soi avait déjà montré son efficacité dans la résilience de l’individu face à la douleur. Il semble donc que la possession de somme d’argent soit a minima l’une des composantes de l’estime de soi. La valeur de l’individu ne serait-elle donc à ses yeux, que le reflet des valeurs qu’il possède ? Il y a là matière à refléxion pour nos sociétés.

Un protocole d’une extrême simplicité.

Une des choses agréables avec ces études sorties du chapeau, c’est que ça ne nécessite que peu d’appareillage, rien de bien compliqué. Comme un tour de magie ça parait limpide. Jugez un peu : un groupe de volontaire se voit demander de compter des billets par un groupe de scientifiques. Certains comptent de vrais billets et d’autres des coupons blancs. On leur dit que c’est pour tester leur habileté. Pour on leur demande de mettre la main dans un récipient d’eau très chaude pour voir « à quel point ils trouvent cela douloureux et quelle durée ils peuvent tenir ». J’ai l’esprit mal tourné mais je trouve de base le protocole foireux2 et étrange.

  • Pas de gants pour manipuler les billets, on ne peut donc pas exclure un effet de dermique de la cocaïne.
  • Rien les yeux bandés pour vérifier que c’était bien la certitude consciente de tenir les billets qui jouait.
  • Et puis surtout, de l’eau très chaude ? Je ne suis pas de l’Université du Minnesota qui a fait l’étude mais je m’interroge. Si l’eau est assez chaude pour produire une douleur qui finit par être insupportable, alors à quelques degrés près on passe de la sensation de chaleur intense à la brûlure grave: quelle température ? à quel moment cette température est-elle mesurée ? La conductivité thermique de l’eau étant ce qu’elle est3, qu’en est-il des mouvements de la main qui ont une importance capitale ?
  • Et dernier point, le billet induit une résistance, non une immunité, l’on peut donc en supposer que tous finissent par sortir la main de l’eau en hurlant « ah crévindiou mais vous n’avez point toute votre tête, c’est bougrement chaud, saperlipopette »4, la différence statistique entre les durées de ceux qui tiennent les billets et les autres est-elle vraiment significative ? Peut-elle même l’être ?

La douleur c’est compliqué, mais la science avance

Une chose est certaine, plus que de savoir si la fortune peut aider à supporter la douleur, il faudrait savoir à partir de quelle somme ? Où est la limite entre un « Aaarg donnez moi de la morphine ou achevez moi, j’en peux plus arrrrg grreuh » et un « Diantre ma Dame, je ne sens presque rien, si vous pouviez consentir à me chatouiller les tétons à la scie à bois, ce ne pourrait qu’embellir mon après-midi ».

Quoi qu’il en soit, le patient moyen peut déjà très facilement appréhender lui-même sa douleur. L’article précise en effet que les études précédentes ont défriché quelques pistes. Il semblerait ainsi que caresser un animal ou regarder une photo de l’être aimé ait une efficacité démontrée5.

Vivement que les retraits du distributeur soient remboursés par les mutuelles.

Source :

  1. je sais, c’est une discrimination intolérable envers les moins riches []
  2. si si c’est un terme scientifique, en tout les cas je milite pour []
  3. ce qui rend le froid humide plus difficilement supportable que le froid sec par exemple []
  4. ou quelque chose d’approchant []
  5. caressez l’être aimé en regardant la photo d’un animal risque de vous mener droit en psychiatrie []

C’est de la bombe

Samedi 23 janvier 2010

Dans la catégorie « inutile », les Anglais viennent de faire très très fort au dépend des Irakiens.

Un des problèmes de cette région du monde étant le terrorisme, une étude économique des plus primaires vous dira que pour « faire de l’argent » il suffit de vendre quelque chose qui aide a lutter contre le terrorisme.

Vous conviendrez que c’est relativement simple. Et vous acquiescerez que le plus simple est encore un détecteur d’explosif. Ça répond à la problématique de manière efficiente et complète.

Pacotine vend son produit

Approchez Mesdames et Messieur ...

Cahier des charges simple

La raison d’être d’un détecteur d’explosif est de détecter les explosifs. Ça parait tellement évident. Après peuvent apparaitre, suivant l’endroit où est prévu le déploiement, des contraintes de portabilité, d’autonomie ou de sensibilité. Mais une caractéristique demeure: il doit détecter les explosifs.

La France et son avion renifleur ne peuvent certainement pas se moquer mais tout de même.

Le ADE-651, vendu aux irakiens, est un détecteur d’un genre nouveau, jugez plutôt:

He says that the key to it is the black box connected to the aerial into which you put « programmed substance detection cards », each « designed to tune into » the frequency of a particular explosive or other substance named on the card.

He claims that in ideal conditions you can detect explosives from a range of up to 1km.

The training manual for the device says it can even, with the right card, detect elephants, humans and 100 dollar bills.

nous explique la BBC.

On se demande déjà qui pourrait se laisser prendre à une publicité aussi exagérée, détecter un billet de 100 à 1km est encore moins crédible que détecter le pétrole d’avion. Mais l’appareil ne se limite pas à ces caractéristiques.

Il a en plus l’avantage d’être portable (il tient dans la main) et encore mieux, de ne pas nécessiter de batterie ou de câblage alimenté qu’il est par l’électricité statique du porteur.

Dernier avantage, pour le vendeur cette fois : il est vendu 40 000$ l’unité …

Bien entendu il ne détecte rien. Enfin, il est plutôt dit qu’il ne détecte pas mieux que si l’on procédait à une sélection aléatoire. Ce qui est la façon polie d’exprimer « il sonne au hasard »

Effet placebo technique ou peur de passer pour le pigeon, toujours est-il que le fabricant a trouvé un de ses clients pour le défendre

Whether it’s magic or scientific, what I care about is it detects bombs

a déclaré le général Jehad al-Jabiri.

Il reste tout de même curieux que selon les dires même de ceux qui l’emploient, il faille contrôler son stress et son rythme cardiaque afin que l’appareil fonctionne…

Source: