Archive pour le mot-clef ‘Eau’

L’eau sèche

Lundi 6 septembre 2010

Revoilà septembre, comme chaque année en fait. Peu de surprise de ce coté là.

Je me disais qu’après une si longue interruption, il faudrait quelque chose d’énorme pour reprendre ce blog. Quelque chose sur lequel poser un article sans trop regarder en arrière. Qui me permette de passer sous silence mon addiction un peu trop chronophage pour Pratchett (Les Annales Du Disque Monde), pour Neil Gaiman (American Gods) ou pour leurs collaborations trop courtes (De Bons Présages).

Et arriva ce que personne n’osait plus espérer.

Non, une équipe de généticiens n’a pas implanté de gène de tigre dent-de-sabre dans une poule commune. Pas plus que dans une poule moins commune. Ce serait d’un commun…

Bien mieux que cela, le Docteur Carter de l’université de Liverpool publie ses recherches sur le stockage de gaz dans … ben … de l’eau sèche…

A bien y regarder donc, la fameuse blague est devenue vraie, les scientifiques ont fini par inventer l’eau en poudre !

De l'eau en poudre

De l'eau en poudre

Le but n’étant pas de la réhydrater comme nous pourrions le croire si nous voulions nous moquer mais au contraire d’y dissoudre d’autres composés. Cette eau sèche n’est de toute façon pas « déshydratée » mais juste « entourée » d’une pellicule de silice, un peu comme un grumeau inversé.

En effet, il s’avère que l’eau en poudre est par exemple un excellent solvant pour le dioxyde de carbone ou le méthane. Des applications pratiques en tant que piège à CO2 ou transport de gaz dangereux sont envisagées.

Par ailleurs, il semble que cette eau puisse être utilisée de manière très efficace en tant que catalyseur pour des réactions hétérogènes (entre des liquides et des gaz).

Au final c’est bien moins drôle et moins bête que ce que l’on imagine tous depuis notre première rencontre avec une boite de lait en poudre.

C’est décevant quand la science transforme l’imaginaire absurde en concret utile.

Sources:

L’argent aide à supporter la douleur.

Mercredi 14 avril 2010

Bien entendu, pas en doses homéopathiques.

Non, pas d’ions Argent miraculeux, pas de composés argentique opiacé ou tétrahydro-carabiné, non l’argent, le flouze, le pez (pas le distributeur de bonbons), l’oseille.

On savait déjà que chaque billet est recouvert d’autant de drogue que les cacahouètes de bistrot le sont d’urine1, mais ce ne serait pourtant un effet ni de la l’une ni de l’autre.

L’estime de soi avait déjà montré son efficacité dans la résilience de l’individu face à la douleur. Il semble donc que la possession de somme d’argent soit a minima l’une des composantes de l’estime de soi. La valeur de l’individu ne serait-elle donc à ses yeux, que le reflet des valeurs qu’il possède ? Il y a là matière à refléxion pour nos sociétés.

Un protocole d’une extrême simplicité.

Une des choses agréables avec ces études sorties du chapeau, c’est que ça ne nécessite que peu d’appareillage, rien de bien compliqué. Comme un tour de magie ça parait limpide. Jugez un peu : un groupe de volontaire se voit demander de compter des billets par un groupe de scientifiques. Certains comptent de vrais billets et d’autres des coupons blancs. On leur dit que c’est pour tester leur habileté. Pour on leur demande de mettre la main dans un récipient d’eau très chaude pour voir « à quel point ils trouvent cela douloureux et quelle durée ils peuvent tenir ». J’ai l’esprit mal tourné mais je trouve de base le protocole foireux2 et étrange.

  • Pas de gants pour manipuler les billets, on ne peut donc pas exclure un effet de dermique de la cocaïne.
  • Rien les yeux bandés pour vérifier que c’était bien la certitude consciente de tenir les billets qui jouait.
  • Et puis surtout, de l’eau très chaude ? Je ne suis pas de l’Université du Minnesota qui a fait l’étude mais je m’interroge. Si l’eau est assez chaude pour produire une douleur qui finit par être insupportable, alors à quelques degrés près on passe de la sensation de chaleur intense à la brûlure grave: quelle température ? à quel moment cette température est-elle mesurée ? La conductivité thermique de l’eau étant ce qu’elle est3, qu’en est-il des mouvements de la main qui ont une importance capitale ?
  • Et dernier point, le billet induit une résistance, non une immunité, l’on peut donc en supposer que tous finissent par sortir la main de l’eau en hurlant « ah crévindiou mais vous n’avez point toute votre tête, c’est bougrement chaud, saperlipopette »4, la différence statistique entre les durées de ceux qui tiennent les billets et les autres est-elle vraiment significative ? Peut-elle même l’être ?

La douleur c’est compliqué, mais la science avance

Une chose est certaine, plus que de savoir si la fortune peut aider à supporter la douleur, il faudrait savoir à partir de quelle somme ? Où est la limite entre un « Aaarg donnez moi de la morphine ou achevez moi, j’en peux plus arrrrg grreuh » et un « Diantre ma Dame, je ne sens presque rien, si vous pouviez consentir à me chatouiller les tétons à la scie à bois, ce ne pourrait qu’embellir mon après-midi ».

Quoi qu’il en soit, le patient moyen peut déjà très facilement appréhender lui-même sa douleur. L’article précise en effet que les études précédentes ont défriché quelques pistes. Il semblerait ainsi que caresser un animal ou regarder une photo de l’être aimé ait une efficacité démontrée5.

Vivement que les retraits du distributeur soient remboursés par les mutuelles.

Source :

  1. je sais, c’est une discrimination intolérable envers les moins riches []
  2. si si c’est un terme scientifique, en tout les cas je milite pour []
  3. ce qui rend le froid humide plus difficilement supportable que le froid sec par exemple []
  4. ou quelque chose d’approchant []
  5. caressez l’être aimé en regardant la photo d’un animal risque de vous mener droit en psychiatrie []

Régime estival

Vendredi 2 avril 2010

C’est un fait, Pacotine envisage sérieusement de me mettre à la diète1

La coïncidence des blagues piscicoles d’Avril, de l’arrivée du printemps2 m’oblige donc à ressortir du placard ce dont je n’avais pas parlé ces dernières semaines : la diététique.

La diététique étant à l’hédonisme ce que la course à pied est à Pacotine -un effort inutile, ridicule et archaique-, il importait de se remettre au goût du jour en la matière.

Petite revue de science des dernières nouveautés qui, n’en doutons pas, rempliront une bonne moitié des présentoires de magazines féminins dans les prochaines semaines.

Attention, je suis de pure mauvaise foi, mais les infos sont vraies.

Surtout ne pas boire d’eau !

On ne le dira jamais assez, principalement parce qu’on ne le dit jamais. L’eau peut faire grossir. Enfin bon… Mais la prudence voudrait que l’on croit le Dailymail, qui consacrait un bel article avec même un encart de « Doctor Doctor », preuve par lui même du sérieux de l’article3

Even calorie-free water can affect our body fat levels if chemicals that disturb hormonal activity leach into our supply and drive up our chances of putting on weight.

Oui vous avez bien lu, « even calorie-free water ». Si vous la cherchez, l’eau sans calorie doit surement se trouver dans le même rayon que le sucre sans matière grasse4 et l’huile sans sucre.

Effectivement l’article s’en prend presque exclusivement à l’eau du robinet, mais tellement maladroitement. Il va même jusqu’à accuser les femmes qui prennent la pillule de contribuer aux problèmes de fertilité des autres via leurs urines traitées dont les hormones peineraient à être soustraites et se retrouveraient ensuite dans l’eau du robinet…

Rien ne trouverait donc grâce à ses yeux ? Heureusement que si ! Rien de moins que des kit de purification par osmose inverse. Il faudrait que je vous en parle un jour mais en attendant je vous renvoie sur wikipédia. Ce n’est que 125 à 3000£, une fourchette qui s’apparente à un râteau mais c’est quand même un spécialiste de l’eau, chimiste, gynécologue…

Ne pas se marier !

Une étude grecque dont le telegraph se fait l’echo, met en exergue que le mariage augmente dramatiquement les risques de problèmes de poids, par un facteur 3 pour les hommes, par 2 pour les femmes.

The research, based on the study of more than 17,000 couples aged between 20 and 70, found that married couples exercised less frequently, had less sex, had poor nutrition and were “comfortable” in their lives.

Married couples spend more time eating together, sit in front of the TV more and often order takeaway ready meals while exercising less.

D’après les chercheurs, la prise de poids seraient due à la fois à l’arrêt des efforts pour être attractif, et au changement d’habitude alimentaire et de rythme que la vie en couple implique.

Boire de l’alcool

Si vous êtes une femme, une étude publiée par Archives of Internal Medicine montre que contrairement aux idées reçues, une consommation modérée d’alcool diminue le risque de prise de poids tout en diminuant les risques de maladies cardiovasculaire. Ce risque est moindre que celui des femmes ayant une consommation forte, mais surtout, et c’est là que se situe la surprise, le risque est moindre que celui des abstinentes totales.

Je n’ai aucun doute que les vignerons français se chargeront bientot de financer une étude discriminant les différents alcools

But it’s important to remember that everyone [in the study] still gained weight over time, so it’s not as if drinking is a good diet technique. You definitely shouldn’t drink to lose weight.

précise tout de même Howard Sesso, professeur assistant de médecine.

Boire un peu de vin, éviter l’eau, et rester célibataire…pour éviter de perdre la ligne, mais que faire d’autre pour rester en bonne santé en mangeant ?

Barbecue ?

Une étude rapportée par le telegraph semble montrer que les sauces barbecue sont bonnes pour la santé. Elles contiennent en effet des grandes quantités d’épices eux même très concentrés en antioxydants. Ne revez pas, le barbecue reste quand meme cancérigène, et les sauces continuent de faire grossir. Par contre elles aident à combattre certains symptomes de l’age.

These are chemical compounds which fight diseases associated with old age such as cancer, heart problems, strokes, Alzheimer’s, arthritis and cataracts

Mais le vin et la sauce… ça reste quand même très liquide

Un peu de chocolat ?

Une nouvelle étude allemande montre qu’une consommation régulière de chocolat aide à lutter contre les maladies cardiovasculaires.

Si cette étude va dans le même sens que les précédentes faites sur le chocolat mais il faut avouer qu’elle arrive à point nommé pour Pâques !

Avec ça, vous resterez en bonne santé, pour maigrir par contre il semble tout de même qu’il va falloir arrêter de manger.

Sources :

  1. c’est vrai que c’est à ma demande mais ça ne m’empêchera pas de lui en vouloir si elle réprime mon gourmandisme, aussi bien que si elle ne le fait pas en fait []
  2. il paraitrait en fait que Avril tombe chaque année une dizaine de jour après l’arrivée du printemps []
  3. la seconde preuve étant qu’il est daté du 28/03 []
  4. oui, pendant un moment ça a fleuri sur certains paquets de sucre dont la marque m’échappe []

Journée internationale de l’eau

Mardi 24 mars 2009

Oui pile 2 semaines après la journée de la femme !
Comment ça y’a pas de rapport ???

Lire le reste de cet article »