Archive pour le mot-clef ‘Anglais’

C’est de la bombe

Samedi 23 janvier 2010

Dans la catégorie « inutile », les Anglais viennent de faire très très fort au dépend des Irakiens.

Un des problèmes de cette région du monde étant le terrorisme, une étude économique des plus primaires vous dira que pour « faire de l’argent » il suffit de vendre quelque chose qui aide a lutter contre le terrorisme.

Vous conviendrez que c’est relativement simple. Et vous acquiescerez que le plus simple est encore un détecteur d’explosif. Ça répond à la problématique de manière efficiente et complète.

Pacotine vend son produit

Approchez Mesdames et Messieur ...

Cahier des charges simple

La raison d’être d’un détecteur d’explosif est de détecter les explosifs. Ça parait tellement évident. Après peuvent apparaitre, suivant l’endroit où est prévu le déploiement, des contraintes de portabilité, d’autonomie ou de sensibilité. Mais une caractéristique demeure: il doit détecter les explosifs.

La France et son avion renifleur ne peuvent certainement pas se moquer mais tout de même.

Le ADE-651, vendu aux irakiens, est un détecteur d’un genre nouveau, jugez plutôt:

He says that the key to it is the black box connected to the aerial into which you put « programmed substance detection cards », each « designed to tune into » the frequency of a particular explosive or other substance named on the card.

He claims that in ideal conditions you can detect explosives from a range of up to 1km.

The training manual for the device says it can even, with the right card, detect elephants, humans and 100 dollar bills.

nous explique la BBC.

On se demande déjà qui pourrait se laisser prendre à une publicité aussi exagérée, détecter un billet de 100 à 1km est encore moins crédible que détecter le pétrole d’avion. Mais l’appareil ne se limite pas à ces caractéristiques.

Il a en plus l’avantage d’être portable (il tient dans la main) et encore mieux, de ne pas nécessiter de batterie ou de câblage alimenté qu’il est par l’électricité statique du porteur.

Dernier avantage, pour le vendeur cette fois : il est vendu 40 000$ l’unité …

Bien entendu il ne détecte rien. Enfin, il est plutôt dit qu’il ne détecte pas mieux que si l’on procédait à une sélection aléatoire. Ce qui est la façon polie d’exprimer « il sonne au hasard »

Effet placebo technique ou peur de passer pour le pigeon, toujours est-il que le fabricant a trouvé un de ses clients pour le défendre

Whether it’s magic or scientific, what I care about is it detects bombs

a déclaré le général Jehad al-Jabiri.

Il reste tout de même curieux que selon les dires même de ceux qui l’emploient, il faille contrôler son stress et son rythme cardiaque afin que l’appareil fonctionne…

Source:

La fable de l’économe amoureux

Jeudi 21 janvier 2010

Prenons un type, au hasard … un mec normal. Mettons le en mal d’amour. Faisons le réfléchir sur son âme sœur. Rajoutons l’équation de Drake1. Saupoudrons de la romance avec une capitale européenne la nuit (j’aimerais pas dénoncer Londres donc gardons un peu de mystère)

Il faut l’avouer, l’accroche est bien trouvée. On pourrait y croire. On pourrait le plaindre. On aurait même pu vouloir le consoler (hein ? j’ai écrit ça moi ? ).

Et puis, en lisant et en réfléchissant, on s’aperçoit que la belle histoire est scientifiquement aussi solide qu’un flan. Mais reprenons l’histoire depuis le début afin de bien cerner le problème.

Économe cherche plus si affinité, valeur à débattre !

Un économe britannique cherchait à passer ses soirées autrement qu’en épluchant des légumes2

Ayant connaissance de l’équation de Drake, il décide de l’appliquer à sa solitude.

Ce brave homme a des gouts simple, il souhaite juste une femme (hop 50% de la population éliminée), entre 24 et 34 ans ayant un bagage universitaire.Et de préciser de suite que le bagage universitaire n’est pas de l’élitisme, c’est juste pour avoir plus de choses en commun.

Ces quelques filtres ayant été posés, il reste encore du monde susceptible de lui plaire. Trop peut-être. Qu’à cela ne tienne, notre homme, qui n’est pas élitiste3 applique donc un coefficient totalement arbitraire et totalement non élitiste de 5%. Que l’on se rassure, ce n’est pas pour tenir compte de la faible fraction comprenant le swahéli mais simplement parce qu’il estime qu’il ne sera attiré physiquement que par 5% de ces dames.

Ainsi, il arrive à une population susceptible d’éveiller en lui de perverses envies de 10 500 femmes sur le Royaume-Uni.

Le célibat et un économe, 4 ou 5 bonnes raisons d’apprendre à compter

Mais qu'il est con !

L'avis de Pacotine

10 500 femmes, soit selon lui, le nombre de civilisation communicante dans la voie lactée… pour faire dans de telles métaphores il est probable que le garçon en rajoute un peu coté mystère féminin mais passons.

Nous nous réfèrerons maintenant aux calculs de ce brave mais toujours non élitiste britannique. La répartition spatiale de ses potentielles conquêtes l’amène à la conclusion que 0.14% des londoniennes correspondent, et 0.017% des britanniques. Londres ayant en 2007 7,7Millions d’âmes un rapide calcul montre que si la moitié est féminine, alors il y a 5400 amours possible. Les 5000 restantes étant dispersées dans les 30Millions de femmes du reste du pays.

Qu’en conclure ? Rien, notre homme n’est pas élitiste. Il n’y est pour rien si hors de Londres point de salut n’est envisageable. Ce n’est pas sa faute si Londres rassemble les jeunes lettrées du pays tandis que des paysannes incultes peuplent la campagne.

Il en était là de ses pensées profondes lorsque lui prit l’envie de pousser plus loin le raisonnement. C’est que notre brave homme s’est souvenu que la femme a une volonté propre (ça reste un animal comme les autres ! ) Il a donc combiné ses chances de rencontrer une femme correspondant à ses exigences avec ses chances de correspondre à des exigences similaires de la femme.

On évitera donc de trop s’appesantir sur les calculs, sachez juste qu’il est parvenu à déterminer qu’il y a 26 femmes répondant à cela au royaume uni.

Il aurait pu en rester là, mais non. Quand on a le pathos chevillé au corps comme ça on insiste. De ses 26 femmes, il calcule qu’il a 0.00034%  de chance d’en rencontrer une la nuit à Londres4 . Pour montrer qu’il calcule ça comme je fais un budget, je dirais juste que pour lui 0.00034% équivaut à 1 chance sur 285 000.

En refaisant les calculs5 on arrive au choix à la conclusion qu’il rencontre 2 femmes par soir ou qu’il y a plus de chances pour lui de satisfaire les critères d’une femme que l’inverse.

Pauvre homme donc. Les chiffres étaient contre lui. Il s’y était résolu. Et puis il a croisé sa voisine. Ils vivent le parfait amour.

On se garderait bien d’en tirer une morale… enfin d’en tirer une autre morale

Source:

  1. Équation qui donne le nombre de civilisation extraterrestre en recherche d’amour extra-galactique; pour en savoir plus []
  2. j’ai pas osé de blague sur le poireaux…mea maxima culpa []
  3. faut-il le rappeler? []
  4. sauf que si elles font les mêmes calculs devant leur pc, c’est pas demain la veille qu’elles vont sortir le soir []
  5. avec toute l’exactitude possible si l’on se rappelle que l’on ne sait pas de quoi il se sert pour calculer quoi… []