Archive pour le mot-clef ‘Alcool’

Régime estival

Vendredi 2 avril 2010

C’est un fait, Pacotine envisage sérieusement de me mettre à la diète1

La coïncidence des blagues piscicoles d’Avril, de l’arrivée du printemps2 m’oblige donc à ressortir du placard ce dont je n’avais pas parlé ces dernières semaines : la diététique.

La diététique étant à l’hédonisme ce que la course à pied est à Pacotine -un effort inutile, ridicule et archaique-, il importait de se remettre au goût du jour en la matière.

Petite revue de science des dernières nouveautés qui, n’en doutons pas, rempliront une bonne moitié des présentoires de magazines féminins dans les prochaines semaines.

Attention, je suis de pure mauvaise foi, mais les infos sont vraies.

Surtout ne pas boire d’eau !

On ne le dira jamais assez, principalement parce qu’on ne le dit jamais. L’eau peut faire grossir. Enfin bon… Mais la prudence voudrait que l’on croit le Dailymail, qui consacrait un bel article avec même un encart de « Doctor Doctor », preuve par lui même du sérieux de l’article3

Even calorie-free water can affect our body fat levels if chemicals that disturb hormonal activity leach into our supply and drive up our chances of putting on weight.

Oui vous avez bien lu, « even calorie-free water ». Si vous la cherchez, l’eau sans calorie doit surement se trouver dans le même rayon que le sucre sans matière grasse4 et l’huile sans sucre.

Effectivement l’article s’en prend presque exclusivement à l’eau du robinet, mais tellement maladroitement. Il va même jusqu’à accuser les femmes qui prennent la pillule de contribuer aux problèmes de fertilité des autres via leurs urines traitées dont les hormones peineraient à être soustraites et se retrouveraient ensuite dans l’eau du robinet…

Rien ne trouverait donc grâce à ses yeux ? Heureusement que si ! Rien de moins que des kit de purification par osmose inverse. Il faudrait que je vous en parle un jour mais en attendant je vous renvoie sur wikipédia. Ce n’est que 125 à 3000£, une fourchette qui s’apparente à un râteau mais c’est quand même un spécialiste de l’eau, chimiste, gynécologue…

Ne pas se marier !

Une étude grecque dont le telegraph se fait l’echo, met en exergue que le mariage augmente dramatiquement les risques de problèmes de poids, par un facteur 3 pour les hommes, par 2 pour les femmes.

The research, based on the study of more than 17,000 couples aged between 20 and 70, found that married couples exercised less frequently, had less sex, had poor nutrition and were “comfortable” in their lives.

Married couples spend more time eating together, sit in front of the TV more and often order takeaway ready meals while exercising less.

D’après les chercheurs, la prise de poids seraient due à la fois à l’arrêt des efforts pour être attractif, et au changement d’habitude alimentaire et de rythme que la vie en couple implique.

Boire de l’alcool

Si vous êtes une femme, une étude publiée par Archives of Internal Medicine montre que contrairement aux idées reçues, une consommation modérée d’alcool diminue le risque de prise de poids tout en diminuant les risques de maladies cardiovasculaire. Ce risque est moindre que celui des femmes ayant une consommation forte, mais surtout, et c’est là que se situe la surprise, le risque est moindre que celui des abstinentes totales.

Je n’ai aucun doute que les vignerons français se chargeront bientot de financer une étude discriminant les différents alcools

But it’s important to remember that everyone [in the study] still gained weight over time, so it’s not as if drinking is a good diet technique. You definitely shouldn’t drink to lose weight.

précise tout de même Howard Sesso, professeur assistant de médecine.

Boire un peu de vin, éviter l’eau, et rester célibataire…pour éviter de perdre la ligne, mais que faire d’autre pour rester en bonne santé en mangeant ?

Barbecue ?

Une étude rapportée par le telegraph semble montrer que les sauces barbecue sont bonnes pour la santé. Elles contiennent en effet des grandes quantités d’épices eux même très concentrés en antioxydants. Ne revez pas, le barbecue reste quand meme cancérigène, et les sauces continuent de faire grossir. Par contre elles aident à combattre certains symptomes de l’age.

These are chemical compounds which fight diseases associated with old age such as cancer, heart problems, strokes, Alzheimer’s, arthritis and cataracts

Mais le vin et la sauce… ça reste quand même très liquide

Un peu de chocolat ?

Une nouvelle étude allemande montre qu’une consommation régulière de chocolat aide à lutter contre les maladies cardiovasculaires.

Si cette étude va dans le même sens que les précédentes faites sur le chocolat mais il faut avouer qu’elle arrive à point nommé pour Pâques !

Avec ça, vous resterez en bonne santé, pour maigrir par contre il semble tout de même qu’il va falloir arrêter de manger.

Sources :

  1. c’est vrai que c’est à ma demande mais ça ne m’empêchera pas de lui en vouloir si elle réprime mon gourmandisme, aussi bien que si elle ne le fait pas en fait []
  2. il paraitrait en fait que Avril tombe chaque année une dizaine de jour après l’arrivée du printemps []
  3. la seconde preuve étant qu’il est daté du 28/03 []
  4. oui, pendant un moment ça a fleuri sur certains paquets de sucre dont la marque m’échappe []

Alcool: hypothese, synthese et gueule de bois

Mercredi 30 décembre 2009

Paradoxe de notre temps.

Quand le bio, la morale, la médecine ET la gastronomie au sens le plus large se rencontrent, ça fuse, ça pétille, et les idées pour être nombreuses n’en sont pas moins légèrement déconnectées du bon sens commun qui transforme le pilier de bistrot en un puits de sagesse bien plus au fait du monde que le scientifique.

La double tendance, est à la fois à l’ersatz bio-vegetalo-moralo-compatible et au retour vers le traditionnel et les sources. Exemple.

Le faux gras; la fausse bonne idée

Le faux gras aurait pu être une bonne idée, si si. Il aurait juste fallut que ça ait bon gout, que la lecture de la composition génère en nous une idée de cuisine plutôt qu’une expérience. Il surfe pourtant sur une tendance à jamais intemporelle; les souvenirs nostalgiques de notre enfance; simplement là où d’autres ont choisit de rappeler goûts, odeurs, sensations, la faux gras fait le choix de nous remémorer la panoplie de petit chimiste.

fauxgras.jpgUne mousse faite de levure et d’amidon, estampillée végétarienne et bio. L’initiative est louable mais ne s’adresse vraiment qu’à une petite niche de gens qui ont laissés leurs papilles dans l’apéro.

Contrairement à beaucoup de gens qui en parlent sans l’avoir testé (celui ci ne semblant être vendu qu’en Belgique) nous l’avons gouté. Nous étions 4 devant cette petite boite avec un pain des anciens et un appétit féroce. La lutte fût inégale. La boite a gagné et est partie à peine blessée finir sa vie dans la poubelle, nous laissant un sentiment et un goût amer.

Pour ceux qui veulent se faire une idée par eux même; commencez donc par le site.

Différence entre les tsar et les rois

Autre nouvelle qui ravira tous ceux qui ne sont pas capitaines de soirée, c’est l’étude comparée du bourbon et de la vodka dans les phénomènes d’alcoolisation et de gueule de bois. Un échantillon de 37 hommes et 58 femmes (la variabilité des résultats sur les femmes nécessitait-elle un échantillon de taille 2n ? ) a donc du boire des boissons contenant ou de l’alcool ou un placebo afin de prouver l’influence de celui ci sur la gueule de bois. Sans surprise on apprend donc que sans alcool il n’est point de gueule de bois.

L’étude s’attache ensuite à comparer les effets du bourbon et de la vodka. Si les effets sur l’attention sont comparables, il semble toutefois que la vodka soit beaucoup moins traitre au réveil. Un gros bémol cependant, l’étude ne précise absolument pas les marques ou les méthodes de fabrication des produits utilisés, et si la fabrication du bourbon semble suivre des règles assez stricts, le manque de standardisation dans les conceptions de vodka interdirait à priori une généralisation trop hâtive.

Un détail toutefois non élucidé mais qui peut donner à réfléchir: il semble que ce soit sur la fin de l’alcoolémie, lorsque le taux redescend vers 0 que la gueule de bois commence à redresser le poil à l’intérieur du crane que les difficultés d’attention sont les plus marquées. Problème:, si l’alcoolisation est détectable facilement, la gueule de bois l’est moins…

Un nouvel alcool qui ne saoule pas

Heureusement, tel le faux gras arrivé pour sauver les oies, un nouvel alcool est sur le point d’apparaitre. Cumulant les qualités de l’alcool et … c’est tout mais c’est déjà pas mal, il prétend s’affranchir de ses défauts.

Concrètement le Professeur David Nutt a eu un rêve. Un beau rêve féérique dans lequel on dessaoule instantanément.

Imaginez que vous puissiez boire autant que vous le voulez. Que vous restiez toujours dans cet état béat et euphorique. Sans être malade et sans « retomber ». Et puis à 6h en sortant de boite vous prenez votre antidote. Une petite gélule. Sous la langue, un verre d’eau et c’est fini. Vous êtes de nouveau frais et dispo. Et bien cette version festive du haricot magique de San Goku est pour demain. Enfin si elle finit par être autorisée.

Ce nouvel alcool n’a en effet qu’un défaut mais il est de taille: il serait basé sur des benzodiazepines composées bien plus pharmaceutiques que festifs puisque principe actif du célèbre valium…

La gastronomie n’en est déjà plus là

Cette bataille tripartite entre goût, morale et sécurité, la restauration a décidé de ne pas la livrer.

Elle est passé du shacker à la mixologie moléculaire tout comme elle l’avait fait pour les plats il y a quelques années. Mais désormais ce sont les cocktails qui attirent son attention. De la macération sous vide à l’utilisation d’essences concentrées, toute la palette du chimiste est utilisée pour produire des gin aromatisés à la rhubarbe ou des martinis encore plus dry, comme l’explique Newscientist

Du foie gras sans foie à l’alcool sans alcool, c’est en dernier ressort au consommateur de choisir et de pondérer entre l’éthique, la santé et le gout.
Il se posera des questions mais les scientifique auraient pu s’en poser d’autres:

  • Est-il judicieux d’enlever à l’humanité le dernier garde-fou qui la protège de la déchéance. Que serait une société dans laquelle la peur de la gueule de bois à disparu ? Et où de toute façon on cuve en 5min….
  • L’impact des production de levures, fécules, tofu et autres algues sur l’environnement serait-il si anodin si l’on devait en nourrir l’humanité ?
  • Où va-t’on placer la limite entre l’aliment et le produit chimique ?
  • Peut-on réellement se souhaiter bonne année en mangeant un toast de faux gras et en trinquant avec une coupette de valium ?
  • La mode pourrait-elle se dépêcher de nous ramener au traditionnel ?

Comme l’illustre si bien Pacotine

Sources