Déterminisme sexuel ?

Comme tout le monde j’apprécie particulièrement ce qui me permet de me croire un peu moins « déterminé » que les autres. Ce qui éloigne le spectre tutélaire de la destinée.

Aujourd’hui j’avoue que cette sensibilité exacerbée qui me pousse à aimer l’idée que je ne suis moi même que par moi même m’aurait fait détester être une femme. Car aujourd’hui, encore une fois, on leur met sous le nez que les réactions qu’elles ont, ce qu’elles ressentent, ne leur appartient pas.

Petit tour d’horizon :

Le cerveau des femmes leur fait se voir 60% plus grosses

L’image mentale qu’elles ont d’elles memes est tres fortement altérée. Après leur avoir demandé de mettre leur main sur une surface, on leur a demander de marquer quelques points importants. Il en résultent que la distance pouce-indexe est majorée de 70% et que la longueur des doigts est minorée d’environ 30%.

Largeur majorée, longueur minorée, il semble très facile de se prendre ainsi pour une petite boule quand le cerveau y aide autant. En fait d’après les chercheurs ce pourraient être les même phénomènes qui seraient a l’œuvre dans les pathologie de type anorexie.

Des comparaisons photographique ont montré que l’œil était parfaitement capable de reconnaitre un modèle de même taille, mais le cerveau reste le plus fort et parvient tout de même a imposer son « image » corporelle à l’ensemble de la conscience.

Les femmes sont plus sujettes au stress et à la dépression

Et oui, et jusqu’à présent on ne savait pas pourquoi.

J’écris cela tout en sachant que d’ici quelques années il faudra surement faire un article sur les stress  et dépressions masculines que la société niait, ou quelque chose d’approchant…Mais en attendant c’est la femme qui est plus touchée.

Beaucoup avaient cherché la raison, elle est désormais connue, c’est parce que la femme est plus sensible à la corticolibérine. Et pas qu’un peu, à en croire l’article non seulement la femme est plus sensible à des faibles doses de cette neurohormone mais en plus elle est moins capable de gérer les hautes doses.

Cela revient scientifiquement parlant à dire qu’elles ont plus mal au pieds parce qu’on leur marche plus souvent sur les orteils. Ça n’explique rien et se contente de déplacer la cause. On en sait finalement autant en se contentant de dire que l’on a observé chez des rates de laboratoire soumises a un test de stress que leurs neurones étaient plus sensible à cette hormones quand dans le même temps les mâles se désensibilisaient pour s’adapter à ce stress…

Tout le monde sait que la femme et la rate ont des métabolismes étonnement similaires…non ?

Les femmes réagissent à leur environnement

Cocorico ! Non ? Si !

Une étude menée par des psychologues français et publiée dans le très sérieux journal de référence psy1 Psychology of Music montre que les femmes réagissent à la musique2 et que leur comportement est très fortement influencé par ce qu’elles ont entendu.

Le mode opératoire se suffisant à lui même pour se moquer gentillement, je vous en fais part.

87 femmes volontaires de 18 à 20 ans  vont patienter tour à tour dans une pièce pendant 5 minutes avant de participer individuellement à ce qu’elles croient être une enquête de consommation sur des biscuits menée par un homme d’une vingtaine d’année.

A la fin de cette enquête prétexte, l’homme utilisera toujours le même pitch pour tenter d’obtenir le numéro de la demoiselle, les statistiques précises données par l’article montrent la taille des groupes et les résultats obtenus 27.9% (12/43) et 52.2% (23/44) ont respectivement accepté de donner un numéro de téléphone.

Quelle est la différence significative entre les groupes ? la situation personnelle ? l’orientation sexuelle ? le niveau d’étude ? Peut etre, de toute façon etre statistiquement significatif avec 87 personnes est illusoire. Mais la difference qu’ont retenu les chercheurs est la musique entendue par ces femmes lors de leur attente. Le groupe ayant le plus donné son numéro est celui qui avait écouté une chanson romantique, l’autre n’ayant eu droit qu’à une chanson « neutre »

Juste pour rire, les chansons étaient: Je L’aime à Mourir de  Francis Cabrel, et L’heure du Thé de Vincent Delerm3

  1. Je pense que l’ironie se suffit à elle même mais je préfère mettre une note pour être sur []
  2. comme les plantes vertes donc ? []
  3. la romantique c’est la première hein []
  • Share/Bookmark

8 commentaires sur “Déterminisme sexuel ?”

  1. Pacotine dit :

    ce qui est bien c’est que pour la 3e enquête , après avoir fait écouter de la musique , fait croire que c’était pour des biscuit , il suffit de demander aux demoiselles si elles se trouvent grosses (paf en même temps on fait la première enquête) et on en déduira en les voyant partir vomir leur biscuit en pleurant qu’elles sont plus sujet au stress que les hommes (re paf deuxième enquête) .

    J’aurais vraiment du me lancer dans la recherche « scientifique » .

  2. Belgarion dit :

    Bonjour,
    Pourquoi cette dernière étude vous semble si peu crédible ?
    Peut être parce que vous vous êtes arrêté à la version simplifiée d’un média qui veut attirer le client.
    Vous pouvez lire gratuitement l’article avec ce lien :
    http://pom.sagepub.com/content/38/3/303.full.pdf+html
    La majorité des questions que vous posez y trouve réponse.
    Et sachez que oui on peut être significatif avec un panel de 87 personnes, et même plus bas.
    Il faut ensuite rester prudent sur les conclusions que l’on en tire, ce que font ces auteurs.

    Cordialement

  3. Kara dit :

    Bonjour,
    Très bonne question, merci de me la poser, ça me permet d’y revenir.

    Quoi qu’on en pense, le romantisme d’une chanson ne sera jamais une grandeur extensive, et malgré tout le respect que j’ai pour l’art de faire du bruit, il ne peut non plus être une grandeur intensive associée à cette même chanson.

    Commençons par le début :
    -Le seul critère de choix des participantes est le fait de déclarer n’avoir personne dans sa vie; outre le fait que cette assertion peut recouper une grande variété de réalités suivant l’age et l’origine de la personne. Le fait que des « demographic data were measured » ne change rien à cet état de fait. L’étude part avec un groupe biaisé, l’age et le célibat n’étant pas suffisant pour en faire un groupe représentatif de quoi que ce soit, sauf peut etre des étudiante presque bretonnante en sciences sociales et en management.

    -La mesure de romantisme de la chanson est une blague; on demande à 48 personnes de citer des chansons romantiques et des chansons neutres qu’ils apprécient. On sélectionne les plus citées, puis un autre panel note le romantisme et la chanson… Oserais je demander si un comité a harmonisé les notes ? Non, pas la peine, c’est juste pour une moyenne …
    quand à l’appréciation globale de la chanson « without any difference with regard to liking » … avec une moyenne de 7/10 et un écart type de 2 … oui, c’est une façon de voir, … mais je ne l’aurais pas formulé comme ça.

    -Ah et le principal, la grande blague du test final. Je n’ose même pas me demander si l’étude a pu prendre en compte le non verbal de l’homme, qui malgré toute sa bonne volonté ne dira pas les choses de la même façon suivant qu’il est ou non attiré par la femme. Et le fait que la femme puisse être influencée par une multitudes d’autres facteurs de sa vie privée qui n’ont pas été pris en compte ou du moins pas rapportés par le rapport.

    Obtenir un résultat significatif n’est pas difficile. Et je crois cette étude sincère lorsqu’elle déclare que les femmes de l’étude ayant écouté une chanson romantique sont significativement plus tentée de répondre par l’affirmative à la demande du jeune homme.

    Par contre, je ne peux pas suivre la conclusion plus générale qui voudraient que « Listening to romantic song lyrics, relative to neutral ones, increased the probability of accepting a request for a date some minutes later. This effect confirms the behavioural effect of exposure to media content ». Tout simplement parce que cette étude ne le prouve pas. Et ce bien que je sois personnellement persuadé que la musique a effectivement un effet sur le comportement.

    Le fait que l’expérience corrobore l’hypothèse ne prouve pas la validité de l’expérience, indépendamment de la véracité intrinsèque de l’hypothèse

    Ps : je ne source la version simplifiée du média que par souci de cohérence puisque c’est celui que je lis en premier, ne doutez pas que je lise aussi les versions plus construites.

  4. Belgarion dit :

    Bonjour,

    Merci d’avoir répondu à mon message.

    - Je suis d’accord avec vous sur le fait que ce groupe ne représente en aucun cas la population globale des femmes célibataires mais au moins il est constitué d’étudiantes célibataires et je ne vois pas en quoi elles devraient être différentes. Pour moi c’est une pré étude qui doit amener vers une étude avec un panel plus diversifié et important. Mais il est souvent nécessaire de commencer petit pour des questions de budget et de temps avent de sortir l’artillerie lourde, afin de voir déjà si il en ressort des prémices de résultat.

    - Pour ce qui est du romantisme des chansons, pour moi on ne peut nier que certaines chansons nous font vivre certaines émotions, parfois à cause de l’association avec des évènements. Même si cette notation du romantisme vaut ce qu’elle vaut, elle permet de mettre un ordre de grandeur qui est nécessaire pour cette étude, pour montrer que l’on a bien choisit des chansons qui n’évoque pas la même sensation chez les sujets. En ce qui concerne purement la notation, chacune des six chansons a été notée par le panel de 22 personnes, je ne vois pas comment harmoniser les résultats. Enfin en ce qui concerne le « without any difference with regard to liking », c’est pour montrer que les deux chansons sont appréciées au même niveau par les personnes, les deux ne pouvant être distinguées par leur moyenne « j’aime/je n’aime pas », pour ne pas mettre de biais en faisant écouter une chanson qui est plus appréciée que l’autre.

    - Pour ce qui est de la gestuelle du « séducteur », il y a de bon et de mauvais comédiens, et j’ose espérer qu’ils ont quand même travailler avant sur la gestuelle à effectuer, c’est leur sujet d’étude quand même. De plus, les groupes sont réalisés au hasard, cela est possible que dans un il y est plus de femmes attirantes pour notre séducteur, mais cela semble peu probable pour une si grande différence. Il en va de même pour ce qui est de l’historique des femmes testées.

    - Obtenir un résultat significatif n’est nullement difficile à obtenir sur un grand nombre, 87 personnes est certes suffisant pour faire des statistiques mais on ne peut pas dire que cela soit énorme.

    Pour ce qui est de la discussion, après les résultats qu’ils ont obtenus, ils ne peuvent pas dire autre chose que oui, l’écoute d’une musique romantique influence le comportement. Mais ils restent quand même prudent car leurs dernières phrases sont : “Of course, this experiment had some limitations given that only one romantic song was played in this experiment and compared with another song. Thus, the generalization of our findings to all romantic songs lyrics still remains in question and needs further investigation.”

    Pour finir, vous citez le premier article que vous lisez par souci de cohérence, mais pour moi il semble plus important de citer le plus complet, permettant de répondre le plus précisément à nos interrogations.

    Cordialement.

  5. Kara dit :

    Bonjour,

    Ravi de vous relire,
    Si vous le permettez je vais revenir sur quelques points qui fondent mon désaccord avec vous, bien que évidemment j’agrée une majorité de votre commentaire.

    -Non seulement pour moi le panel est trop petit (il peut neanmoins etre significatif dans certains cas) mais en plus ce qui est censée etre la donnée objective de l’expérience à savoir le romantisme de la chanson, est tout sauf objectif.
    Pour caricaturer, nous n’avons pas là l’influence du romantisme de la musique sur le comportement mais bien l’influence qu’une musique, qu’un autre groupe encore moins représentatif a pu juger romantique, sur les comportements de quelques jeunes filles dont le seul critère objectif de recrutement a été le célibat et la présence dans les études secondaires.
    Quand bien même derriere tout cela elles aient été choisi suivant des critères de représentativité plus fort (origine socio professionnelle, ethnique …) je me plais à croire qu’il peut exister des facteurs autres que leur celibat pour mener à ces résultats. Je me demande par la meme ce qu’il en est de la sensibilité à l’art et a la musique en particulier chez les étudiantes en sociologie de bretagne, quel est leur rapport à la musique et à la drague ? .

    « Enfin en ce qui concerne le « without any difference with regard to liking », c’est pour montrer que les deux chansons sont appréciées au même niveau par les personnes, les deux ne pouvant être distinguées par leur moyenne « j’aime/je n’aime pas », pour ne pas mettre de biais en faisant écouter une chanson qui est plus appréciée que l’autre. »

    J’eus été d’accord avec vous s’il s’était agit d’un simple test binaire j’aime/j’aime pas. Mais rien que le fait de noter sur 10, chacun ayant sa propre échelle de valeur, et de déclarer les resultats identiques quand la moyenne est comparable alors justement qu’il y a un écart type de 2, rien que cela me fait lever un sourcil dubitatif.

    « Pour ce qui est de la discussion, après les résultats qu’ils ont obtenus, ils ne peuvent pas dire autre chose que oui, l’écoute d’une musique romantique influence le comportement. »

    En fait je ne pense même pas que j’en aurais parlé sans le terme « romantique ». Selon moi cette approche est vraiment la clé de voute qui fragilise toute l’étude. Qu’une musique influence le comportement : Oui ! Je n’en doute absolument pas. Il n’y avait aucun intéret à cette pseudo classification qui fait au contraire perdre en crédibilité.

    « Pour finir, vous citez le premier article que vous lisez par souci de cohérence, mais pour moi il semble plus important de citer le plus complet, permettant de répondre le plus précisément à nos interrogations. »

    Je lis au minimum 3 à 4 articles par étude dont je parle, dont généralement l’étude elle meme (ou son résumé suivant disponibilité) lorsqu’elle est en français ou anglais. Je suis parti du principe que les plus intéressés sauraient eux meme trouver l’article, tandis que les autres seraient satisfaits du traitement moins ardu et plus accessible des journaux. Mais je vais essayer de sourcer un peu plus, vous avez raison sur ce point.

    Ps; j’en connais quelques unes à qui Cabrel donnerait des envies de meurtres plutôt que de romances

  6. Belgarion dit :

    Bonjour,

    Ravi d’avoir des réponses à mes commentaires.
    Peut être qu’il y a d’autres critères pour mener à ces résultats, moi je me plais à croire que cette étude sera suivi par une plus poussée ^^

    Un test apparié aurait été peut être plus inspiré pour pallier aux divergences d’échelle selon les personnes notant les chansons, voir regarder si il y avait une relation entre les notes des deux chansons.
    Après, comme le but était de démontrer un effet de la musique, il fallait choisir un critère de différenciation entre les chansons qu’ils allaient faire écouter au panel. Pour moi, ils ont essayé de poser une base à la place de juste dire cette chanson est « romantique », l’autre non.
    Peut être existe t’il une meilleure méthode, mais évaluer quelque chose de subjectif n’est pas chose simple.

    Je ne doute pas de votre travail, mais un lien supplémentaire ne coûte pas grand chose et peut parfois amener des lecteurs à réfléchir un peu plus. Au moins j’aurais eu raison sur un point, c’est déjà ça :D

    Au final, le plus dur à digérer est peut être de constater que Francis Cabrel pourrait récuperer plus de numéro que Vincent Delerm ;)

    Je vous souhaite bonne continuation.

    Cordialement,

    Ludovic J.

  7. Kara dit :

    Re ,

    « Ravi d’avoir des réponses à mes commentaires. »
    Ne vous génez pas pour en poster d’autres, je réponds le plus souvent, même si je peine à faire des posts en ce moment.

    « Après, comme le but était de démontrer un effet de la musique, il fallait choisir un critère de différenciation entre les chansons qu’ils allaient faire écouter au panel. »
    Je me permets, mais si le but était juste de montrer un effet de la musique, alors juste choisir 2 chansons aurait suffit. A t’on besoin de mettre un adjectif dessus pour faire admettre que Tarentino et Leconte sont différents ?

    Vouloir par une même étude, aussi « cheap » démontrer un effet et le caractériser continue de m’apparaitre comme une erreur.

    Pour le test apparié, pour la notation des chansons pourquoi pas, bien que je considère cette même étape comme dispensable. Par contre pour le test final, il ne me semble pas réaliste de l’apparier.

    « Je vous souhaite bonne continuation.

    Cordialement, »

    De même.

  8. tykayn dit :

    mééééééé ouai! spa bientôt fini de ne pas poster d’articles?!
    en plus Tarentino fait pas de musique, sauf peut être avec une main et une aisselle.

Laisser une réponse