Les gènes du racisme

C’est une petite révolution qui, si elle est confirmée, risque de s’abattre sur les nationalismes de tous les pays.

En effet, le racisme, loin d’être, comme la plupart se plaisent à le croire, une expression d’une « intelligence » qui aurait perçu des « choses », ne serait en fait d’après les travaux de l’équipe de Meyer-Lindenberg de l’Institut Méditerranéen de Neuroscience Cognitive, que le résultat de quelques gènes du chromosome 7.

Le racisme est une peur sociale.

Les 26 gènes de ce chromosome 7, commandent justement à cette peur sociale. Les personnes chez qui ces gènes sont manquant ou altérés souffrent de ce qui est appelé le Syndrome de Williams. Leur pathologie (qui n’est pas que ça) les rendrait hypersociables. Plus que ça d’après les chercheurs, ce seraient les seuls à ne pas reproduire de stéréotypes raciaux, alors que même les autistes en feraient.

Au contraire, ils auraient tendance à considérer tout le monde comme leurs amis.

Tous les racismes ?

Là où l’histoire devient intéressante c’est que ces malades, qui sont incapables de discriminations raciales, sont par contre tout à fait enclins aux discriminations sexuelles.

L’intérêt de ce genre d’étude est évident dans la mesure où l’on ne peut combattre efficacement que ce que l’on connait correctement. En cela, avoir une approche réaliste des mécanismes qui sous tendent le racisme est précieux. Il est en effet illusoire d’espérer comprendre ce phénomène en discutant avec des personnes qui le théorisent et l’intellectualisent comme le résultat d’une pensée cohérente et consciente. Cette étude prouve que ce n’est absolument pas le cas.

Le racisme n’a rien de conscient, rien de cohérent, rien d’intellectualisable. Ce n’est que l’expression de quelques gène qui permettent de fabriquer une peur sociale.

Là où y’a de la gène…

Au delà de l’aspect scientifique proprement dit, on peut sarcasmer un peu:

  • Le stéréotype est quelque chose que notre cerveau tend à produire naturellement. Le dépasser demande donc pour qui un effort, pour qui une éducation.
  • Les racistes sont des victimes et des malades. Il ne faut pas leur en vouloir mais au contraire leur montrer de la compassion.
  • Les gosses incapables de racisme sont toujours capables de sexisme, faut quand même pas tout mélanger, que les hommes soient égaux entre eux ok mais avec la femme…

Il va être intéressant de suivre désormais les tenants du darwinisme ou du dessein intelligent nous expliquer en quoi, ce gène a pu favoriser leurs porteurs et en quoi le racisme a pu être un avantage à une quelconque époque, l’état de la science ne permettant que depuis peu à des peuplades dissemblables de se côtoyer.

Sources:

  • Share/Bookmark

3 commentaires sur “Les gènes du racisme”

  1. Pacotine dit :

    est-ce que ce serait soignable en plus de ça ? pour voir un peu ? hein ?

  2. Kara dit :

    C’est justement tout le paradoxe qui fait de cette étude une étude presque inutile: si l’on en venait à faire du racisme quelque chose de soignable, ce serait l’équivalent de forcer médicalement des goûts que la personne n’a pas naturellement.

    Qui dans ce monde aurait à la fois le plus besoin de combattre les stéréotypes et les manifestations de haine sociale ? Les mêmes qui risqueraient de se voir designer premiers patients de toute thérapie visant à modifier les goût.

    Ce genre d’étude est à double tranchant car ce qui en sort peut servir les ambitions de l’un ou l’autre camp…

  3. tykayn dit :

    ciel, moi qui croyait que les gens avaient des caractères, des  » c’est dans ma nature  » immuables, et des sentiments incontrôlables.
    On va bientôt me faire croire qu’on peut apprendre des choses et que nos goûts dépendent de notre éducation et de notre contexte social!

Laisser une réponse