Archive pour janvier 2010

Chindogu : Hommage à un art inutile

Vendredi 29 janvier 2010

Tout le monde ou presque connait l’art du Chindogu, pourtant il est bien possible que ce nom ne vous dise rien.

Commençons par voir quels sont les 10 commandements du chindogu (librement traduits et interprétés) tels que les énonce la Société Internationale du Chindogu.

  1. Le Chindogu ne doit pas servir réellement. Il est fondamental que d’un point de vue pratique, une invention se targuant du titre de Chindogu soit presque complètement inutilisable. Si votre invention se révèle tellement pratique que vous l’utilisez sans arrêt alors vous avez raté votre Chindogu, essayez le bureau des brevets.

    To be or not to be ...a Chindogu

  2. Le Chindogu doit exister. Il ne doit pas rester une idée mais être concrétisé: pour être inutile il faut commencer par être.
  3. L’esprit d’anarchie habite chaque Chindogu car chacun est fait par un homme qui a brisé les chaines de l’utile. Ils représentent la liberté de pensée et d’action, la liberté de se défaire de la suffocante dominance historique de l’utile.
  4. Le Chindogu est l’outil de la vie quotidienne. C’est une forme de communication universelle. Les inventions trop spécialisées ou techniques et de fait comprises uniquement par les ouvriers ayant certains pré-requis ne peuvent être Chindogu.
  5. Le Chindogu n’est pas un objet marchand et ne doit pas être vendu. Accepter de l’argent pour votre Chindogu équivaut à renoncer à la pureté.
  6. L’humour ne doit pas seule présider à la création du Chindogu. Il est fondamental que celui-ci résolve un problème pratique, l’humour n’est qu’un co-produit d’une solution non conventionnelle.
  7. Le Chindogu n’est pas propagande. Le Chindogu est innocent. Il est fait pour être utilisé même s’il n’est pas utilisable. Il ne doit pas être le commentaire pervers ou ironique de la condition humaine.
  8. Le Chindogu ne doit pas être obscène. La Société internationale du Chindogu a établi un certain nombre de standards de décence. Le Chindogu ne doit pas être vulgaire, cruel ou remettre en cause le sacré de la vie.
  9. Le Chindogu ne peut être breveté. Le Chindogu est un don au monde, en tant que tel il ne doit pas être le support d’une quelconque appropriation. Comme ils disent en Espagne « mi Chindogu es tu Chindogu ».
  10. Le Chindogu n’a pas de préjugé. Il ne favorise aucun groupe. Tous doivent avoir la même chance d’apprécier le Chindogu.

Oui vous avez deviné, les Chindogu ce sont ces petites inventions Japonaises délirantes (souvent), pratiques (toujours) et qui pourraient sembler une excellente idée si elles se révélaient utilisables.

Émanation de Kenji Kawakami, qui n’a pas même respecté les critères de son mouvement puisqu’il a déposé plusieurs brevets, le Chindogu s’est structuré dans un mouvement artistique de dénonciation du consumérisme et de l’obsession occidentale de facilitation de la vie.

Bien que l’on puisse s’interroger sur la philosophie de ce concept, force est de constater sa totale adéquation avec l’idée d’inutile. J’aime donc beaucoup.

Petite galerie ayant valeur d’exemple

Si je vous dis maintenant que le Chindogu date du milieu des années 80, saurez vous lui retrouver un précurseur occidental, européen pour être plus précis1 ?

Le fils de Franquin lui-même, l’inimitable Gaston Lagaffe ! Pas étonnant finalement que ces inventions aient un petit air de déjà vu.

Sources :

  1. belge même si l’on veut vraiment vous aider à trouver []

Mea culpa

Mercredi 27 janvier 2010

J’aurais du mal à cacher que j’aime les stats, surtout dans ce qu’elles ont de plus idiot et inutile.

Il me serait très difficile d’expliquer pourquoi, mais j’avoue avoir toujours un petit sourire en voyant ce qu’on leur fait dire … les pauvres.

Et aujourd’hui je le concède, j’ai eu un grand sourire en voyant l’article de ScienceDaily.com relatant les travaux de recherche de Itziar Etxebarria, de l’université du pays Basque.

Étudiant le sentiment du culpabilité et sa dispersion suivant les genres et les ages, Etxebarria arrive à une drôle de conclusion.

Comme beaucoup d’études, elle part (l’étude) d’un présupposé : les femmes ressentent plus la culpabilité que les hommes. Ce présupposé vaut ce qu’il vaut. Après tout si la science veut prouver l’égalité, il lui faut réfuter les différences, donc les étudier. Et quand bien même ces différences existeraient, il faudrait bien partir de quelque part pour les valider. Le présupposé n’est définitivement pas le problème.

Le problème vient de la refutation du présupposé. Car nos chercheurs, posant un argument sexiste sur un autre

This is caused by certain educational practices, which demand more of females, and which are sometimes still in use despite belief to the contrary

en arrivent à la conclusion hautement improbable, définitivement inutile, et scientifiquement bancale que NON ! Ce ne sont pas les femmes qui ressentent plus la culpabilité, ce sont les hommes qui la ressentent moins … CQFD !

Martine mérite son pardon

jusqu'à la prochaine fois !

Source:

Heureusement que je suis protégé de la culpabilité de ne pas développer plus mon propos

Men Feel Less Guilt, Study Suggests

On ne sait rien mais on vous dit tout sur les aliens

Lundi 25 janvier 2010

La légitimité des scientifiques tient pour beaucoup à ce qu’ils ne s’expriment que sur des sujets dont ils sont spécialistes, études et chiffres à l’appui de leurs dires. C’est pourquoi il est permis aujourd’hui de s’interroger sur l’opportunité pour certains de s’exprimer lorsque ce qu’ils ont à dire relève de quelque chose de diffu, à mi chemin entre le bon sens et le doute raisonnable.

Cette interrogation est permise aujourd’hui car aujourd’hui est relaté dans le Telegraph, la conférence de la Royale Society « The detection of extraterrestrial life and the consequences for science and society » : pas moins de 3 articles publiés, pour relater un point de vue dit « scientifique » que ne renieraient sans doute pas les pourvoyeurs de bénéfice du vendeur de houblon brassé de l’intersection au feu à droite.

Petite revue de presse :

Les Aliens pourraient ne pas être amicaux.

Marek Kukula, astronome à l’observatoire de Greenwitch croit bon de rappeler que si nos assertions nous mènent à croire qu’une vie évoluée et communicante dans l’univers serait sage et bienveillante, nous n’en avons aucune preuve. C’est vrai, ni de cela ni du contraire. Il affirme par la même occasion qu’il faudrait impliquer les nations unies et les différents gouvernements à d’éventuelles discutions qui pourraient avoir lieu avec eux. Merci M Kukula d’enfoncer ainsi des portes ouvertes.

Je ne saurais donc trop vous conseiller, si vous ou l’un de vos proches, avez entamés des négociations secrètes avec une intelligence extra-terrestre, de solliciter au plus vite l’aide de votre gouvernement.

Les Aliens pourraient nous ressembler.

Le professeur Simon Conway Morris, biologiste de l’université de Cambrige, pense de son coté que l’évolution darwinienne est universelle et que les aliens éventuels y ont été soumis. Partant du principe que notre planète a pu abriter la vie, il en conclut de manière quelque peu aristotélique1que la vie extra-terrestre, soumise aux mêmes contraintes que la vie terrestre, s’y est développée de manière similaire pour atteindre la même forme.

In the end the number of options is remarkably restrictive. I don’t think an alien will be a blob. If aliens are out there they should have evolved just like us. They should have eyes and be walking on two legs.

Si l’on ne peut qu’acquiescer au fait que la vie s’adapterait de manière darwinienne, sur quelque planète qu’elle paraisse, il est en revanche beaucoup plus douteux qu’elle y rencontrerait les mêmes pressions sélectives. Après tout la sélection darwinienne ne donne que pour parti à l’individu un avantage sur ses congénères. Elle avantage aussi l’espèce toute entière par rapport à ses prédateurs, ses proies ou ses concurrents. Que l’un d’entre eux vienne à manquer l’évolution s’en trouvera modifiée, et avec elle son résultat.

Extra-terrestrials might not only resemble us but have our foibles, such as greed, violence and a tendency to exploit others’ resources

ajoute ce même professeur Simon Conway Morris utilisant d’un coup le reste de la réserve de crédibilité que son titre lui donnait.

Les Aliens devraient être cherchés sur Terre.

Paul Davies, physicien de l’université d’Arizona, explique que la vie extra-terrestre devrait être cherchée sur Terre… Forcément exprimé de cette façon ça semble un peu con. Heureusement, on peu l’expliciter autrement; je casse de suite le suspens, ça ne semble pas plus intelligent.

Selon lui, c’est dans les déserts et les lieux difficiles qu’il faudrait chercher la vie. Nous devrions y partir en quête d’organismes bizarres, preuves d’une biosphère de l’ombre (shadow biosphere), symbolique de la théorie sous-jacente qui voudrait que la vie soit apparue et ait disparu plusieurs fois au cours de l’histoire de notre planète. Ces formes de vie seraient tellement différentes qu’elles pourraient prouver à elles seules que la vie est apparue plusieurs fois de manière indépendante. Ainsi certains cherchent une forme de vie basée sur l’arsenic dans des lacs de Californie…

Elle peut le dire !

Tout ça pour ça…

Cette conférence a donc exposé en vrac, que l’on ne sait rien d’éventuels extra-terrestres, si ce n’est que notre existence même suppose qu’ils puissent être comme nous, qu’ils pourraient être sage ou belliqueux, et qu’ils pourraient même ne pas être si extra que ça.

Quel est donc l’intéret de cette conférence alors ?

L’engouement collectif ? La volonté populaire de savoir ? Ce n’est pas certain si l’on en croit le professeur Albert Harrison de l’université de Californie. Selon lui la réaction de l’humanité à la découverte d’une vie extra-terrestre serait très très mesurée.

It is easy to imagine scenarios resulting in widespread psychological disintegration and social chaos. But historical prototypes, reactions to false alarms and survey results suggest that the predominant response to the discover of a microwave transmission from light years away is likely to be equanimity, perhaps even delight.

Pour vous le paraphraser rapidement, ça risque de n’empêcher personne de dormir.

Merci professeurs, faire une conférence pour dire qu’on ne sait rien sur un sujet dont on pense qu’il ne préoccupe personne est une idée qu’il fallait avoir, on ose tout de même espérer que des discussions plus sérieuses y ont lieu.

Vivement avril et la conférence sur les nouveaux moyens de détection…

Sources:

Encore un grand MERCI à Pacotine pour ses illustrations

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Aristotélisme []

C’est de la bombe

Samedi 23 janvier 2010

Dans la catégorie « inutile », les Anglais viennent de faire très très fort au dépend des Irakiens.

Un des problèmes de cette région du monde étant le terrorisme, une étude économique des plus primaires vous dira que pour « faire de l’argent » il suffit de vendre quelque chose qui aide a lutter contre le terrorisme.

Vous conviendrez que c’est relativement simple. Et vous acquiescerez que le plus simple est encore un détecteur d’explosif. Ça répond à la problématique de manière efficiente et complète.

Pacotine vend son produit

Approchez Mesdames et Messieur ...

Cahier des charges simple

La raison d’être d’un détecteur d’explosif est de détecter les explosifs. Ça parait tellement évident. Après peuvent apparaitre, suivant l’endroit où est prévu le déploiement, des contraintes de portabilité, d’autonomie ou de sensibilité. Mais une caractéristique demeure: il doit détecter les explosifs.

La France et son avion renifleur ne peuvent certainement pas se moquer mais tout de même.

Le ADE-651, vendu aux irakiens, est un détecteur d’un genre nouveau, jugez plutôt:

He says that the key to it is the black box connected to the aerial into which you put « programmed substance detection cards », each « designed to tune into » the frequency of a particular explosive or other substance named on the card.

He claims that in ideal conditions you can detect explosives from a range of up to 1km.

The training manual for the device says it can even, with the right card, detect elephants, humans and 100 dollar bills.

nous explique la BBC.

On se demande déjà qui pourrait se laisser prendre à une publicité aussi exagérée, détecter un billet de 100 à 1km est encore moins crédible que détecter le pétrole d’avion. Mais l’appareil ne se limite pas à ces caractéristiques.

Il a en plus l’avantage d’être portable (il tient dans la main) et encore mieux, de ne pas nécessiter de batterie ou de câblage alimenté qu’il est par l’électricité statique du porteur.

Dernier avantage, pour le vendeur cette fois : il est vendu 40 000$ l’unité …

Bien entendu il ne détecte rien. Enfin, il est plutôt dit qu’il ne détecte pas mieux que si l’on procédait à une sélection aléatoire. Ce qui est la façon polie d’exprimer « il sonne au hasard »

Effet placebo technique ou peur de passer pour le pigeon, toujours est-il que le fabricant a trouvé un de ses clients pour le défendre

Whether it’s magic or scientific, what I care about is it detects bombs

a déclaré le général Jehad al-Jabiri.

Il reste tout de même curieux que selon les dires même de ceux qui l’emploient, il faille contrôler son stress et son rythme cardiaque afin que l’appareil fonctionne…

Source:

La fable de l’économe amoureux

Jeudi 21 janvier 2010

Prenons un type, au hasard … un mec normal. Mettons le en mal d’amour. Faisons le réfléchir sur son âme sœur. Rajoutons l’équation de Drake1. Saupoudrons de la romance avec une capitale européenne la nuit (j’aimerais pas dénoncer Londres donc gardons un peu de mystère)

Il faut l’avouer, l’accroche est bien trouvée. On pourrait y croire. On pourrait le plaindre. On aurait même pu vouloir le consoler (hein ? j’ai écrit ça moi ? ).

Et puis, en lisant et en réfléchissant, on s’aperçoit que la belle histoire est scientifiquement aussi solide qu’un flan. Mais reprenons l’histoire depuis le début afin de bien cerner le problème.

Économe cherche plus si affinité, valeur à débattre !

Un économe britannique cherchait à passer ses soirées autrement qu’en épluchant des légumes2

Ayant connaissance de l’équation de Drake, il décide de l’appliquer à sa solitude.

Ce brave homme a des gouts simple, il souhaite juste une femme (hop 50% de la population éliminée), entre 24 et 34 ans ayant un bagage universitaire.Et de préciser de suite que le bagage universitaire n’est pas de l’élitisme, c’est juste pour avoir plus de choses en commun.

Ces quelques filtres ayant été posés, il reste encore du monde susceptible de lui plaire. Trop peut-être. Qu’à cela ne tienne, notre homme, qui n’est pas élitiste3 applique donc un coefficient totalement arbitraire et totalement non élitiste de 5%. Que l’on se rassure, ce n’est pas pour tenir compte de la faible fraction comprenant le swahéli mais simplement parce qu’il estime qu’il ne sera attiré physiquement que par 5% de ces dames.

Ainsi, il arrive à une population susceptible d’éveiller en lui de perverses envies de 10 500 femmes sur le Royaume-Uni.

Le célibat et un économe, 4 ou 5 bonnes raisons d’apprendre à compter

Mais qu'il est con !

L'avis de Pacotine

10 500 femmes, soit selon lui, le nombre de civilisation communicante dans la voie lactée… pour faire dans de telles métaphores il est probable que le garçon en rajoute un peu coté mystère féminin mais passons.

Nous nous réfèrerons maintenant aux calculs de ce brave mais toujours non élitiste britannique. La répartition spatiale de ses potentielles conquêtes l’amène à la conclusion que 0.14% des londoniennes correspondent, et 0.017% des britanniques. Londres ayant en 2007 7,7Millions d’âmes un rapide calcul montre que si la moitié est féminine, alors il y a 5400 amours possible. Les 5000 restantes étant dispersées dans les 30Millions de femmes du reste du pays.

Qu’en conclure ? Rien, notre homme n’est pas élitiste. Il n’y est pour rien si hors de Londres point de salut n’est envisageable. Ce n’est pas sa faute si Londres rassemble les jeunes lettrées du pays tandis que des paysannes incultes peuplent la campagne.

Il en était là de ses pensées profondes lorsque lui prit l’envie de pousser plus loin le raisonnement. C’est que notre brave homme s’est souvenu que la femme a une volonté propre (ça reste un animal comme les autres ! ) Il a donc combiné ses chances de rencontrer une femme correspondant à ses exigences avec ses chances de correspondre à des exigences similaires de la femme.

On évitera donc de trop s’appesantir sur les calculs, sachez juste qu’il est parvenu à déterminer qu’il y a 26 femmes répondant à cela au royaume uni.

Il aurait pu en rester là, mais non. Quand on a le pathos chevillé au corps comme ça on insiste. De ses 26 femmes, il calcule qu’il a 0.00034%  de chance d’en rencontrer une la nuit à Londres4 . Pour montrer qu’il calcule ça comme je fais un budget, je dirais juste que pour lui 0.00034% équivaut à 1 chance sur 285 000.

En refaisant les calculs5 on arrive au choix à la conclusion qu’il rencontre 2 femmes par soir ou qu’il y a plus de chances pour lui de satisfaire les critères d’une femme que l’inverse.

Pauvre homme donc. Les chiffres étaient contre lui. Il s’y était résolu. Et puis il a croisé sa voisine. Ils vivent le parfait amour.

On se garderait bien d’en tirer une morale… enfin d’en tirer une autre morale

Source:

  1. Équation qui donne le nombre de civilisation extraterrestre en recherche d’amour extra-galactique; pour en savoir plus []
  2. j’ai pas osé de blague sur le poireaux…mea maxima culpa []
  3. faut-il le rappeler? []
  4. sauf que si elles font les mêmes calculs devant leur pc, c’est pas demain la veille qu’elles vont sortir le soir []
  5. avec toute l’exactitude possible si l’on se rappelle que l’on ne sait pas de quoi il se sert pour calculer quoi… []

Ciel, ma couleur !

Mardi 19 janvier 2010

Depuis le premier Janvier, la cité des Sciences édite et publie une webtv hebdomadaire constituée de mini-reportages.

On ne peut que saluer l’initiative, apprécier le sérieux et l’éclectisme des choix éditoriaux et regarder.

Cette semaine on peut par exemple regarder et essayer de comprendre pourquoi le ciel est bleu et le soleil rouge.

On pourra regretter que de telles bonnes idées se heurtent si vite aux limites de la vulgarisation scientifique (le vocabulaire employé, …) néanmoins Universcience.tv n’en est qu’à son troisième numéro et a donc tout le loisir de s’améliorer encore.

Ne ratez pas quand les oies nous éclairent, reportage assez édifiant (bien que tombant dans les mêmes travers que le précédent) sur l’utilisation de guano comme source d’énergie !

Une minute de gagnée ?

Dimanche 17 janvier 2010

C’est peu ?

Vous souvenez-vous de Watchmen ? Le film de superhéros dans lequel le monde, en prise à des conflits pas si originaux n’était qu’à 1 minute de l’apocalypse, symbolisée par une horloge arrêtée ?

Et bien vous serez ravis d’apprendre que cette horloge existe réellement. Remontée périodiquement par le « Bulletin of the Atomic Scientists » (BAS), cette horloge est censée refléter l’état du monde.

Le détail qui va transformer cette sordide initiative en une presque bonne nouvelle, c’est que nous venons de gagner une minute sur cette pendule. Alors bon je me doute que le fait que le monde va mieux a pu vous échapper1. Personne ne vous tiendra rigueur de ne pas avoir remarquer cette notable amélioration de la situation qui permet d’éloigner un peu plus le spectre d’une destruction de la civilisation telle que nous la connaissons.

L’évolution de cette dead-line est assez surprenante, les points d’inflexion ne sont pas exactement ceux que l’on pourrait attendre: la fin de la guerre du Viet Nam ou les attentats du 11 septembre n’y sont remarquable en aucune façon.

doomsday

Une (grosse ?) minute de gagnée

Poussons donc un hourra, nous sommes désormais à 6minutes de la fin du monde.

Nous étions passé à 5 en 2007 lorsque avait été décidé la prise en compte des aléas climatiques. La remontée à 6 semble surtout symbolique au lendemain de l’échec du sommet de Copenhague.

Hip Hip Hip Hourra

  1. vous pourriez tout de même faire un effort ! []

Et ben changement alors !

Samedi 16 janvier 2010

Dotclear et Free c’est fini.

Je déménage définitivement sur wordpress et sur http://www.liens-inutiles.net/

mettez à jours vos favoris,

L’habillage n’est pas encore terminé mais ça ne devrait plus tarder, de toute façon ça ne va toujours pas être un sapin de Noel.