Monde de rêve

Sun_corner.svg.pngIl est des jours où l’on veut croire que les rêves se réalisent. Que le soleil qui se lève ce matin-là brille spécialement pour vous, parce que quelque chose vous attend.

Il est des jours où l’on se couche en sachant que le soleil se fiche de nous, qu’il n’a pas remarqué nos petites gesticulations et nos vaines suppliques.

Chercheur d’emploi depuis maintenant assez longtemps pour avoir connu plusieurs fois ce types de jours, je me suis redécouvert naïf la semaine dernière. Passé l’étonnement de ma propre stupéfaction Wouha, je pensais pas que j’en serais si surpris, un autre sentiment m’a fait face: l’incrédulité Non mais quand même ! .

Mais laissez moi vous narrer ce presque beau compte de fée.

Il était une fois, une connaissance du net, qui ne me connait donc pas plus que ça, et surtout qui ne connait rien de spécifique hormis le fait que je cherche du travail, me laisse entendre que son beau-frère recrute pour travailler avec lui.

Mon sang ne fait qu’un tour et je l’assure d’une prochaine correspondance téléphonique avec le sus-mentionné beau-frère.

Il travaille dans la finance, je précise que c’est un domaine dans lequel je suis aussi à l’aise qu’en haut d’une échelle de pompier[1], ça n’a pas d’importance me rétorque-t-il. Plein d’espoir je m’en vais dormir, réfléchissant à ce que je vais dire lorsque le beau-frère répondra, espérant que ma méconnaissance du flamand ne sera pas un handicap.

Le lendemain, plein d’entrain, je décroche mon combiné, et à ma grande joie obtiens un entretien pour le surlendemain, ma connaissance de la finance se limitant au guichet de la banque coté client. Le sérieux que j’accorde à mon interlocuteur se dissipe légèrement lorsque je reçois un sms/texto 1heure plus tard me demandant s’il par un heureux hasard je pourrais amener un curriculum. C’est vrai quoi … personne n’irait à un entretien avec un CV… quelle idée. En fin de journée un deuxième texto me demande si je peux venir une heure plus tôt.

C’est une bonne nouvelle, j’ai un entretien. Bon le recruteur semble un peu spécial à envoyer des sms plutôt qu’à téléphoner, il lui a fallu une heure pour penser qu’éventuellement un CV ne serait pas de trop et il ne s’est absolument pas intéressé à mes compétences réelles ou supposées avant de me fixer un rendez-vous mais un entretien est un entretien. Et moi j’ai un entretien pour … je ne sais pas quelle société. Je lui ai bien fait répété mais entre « c’est une société du groupe E… » et « on est les premiers en Europe » pas facile. Une recherche laborieuse sur google, couplée à l’adresse de l’entretien me permettra pourtant de savoir et donc me renseigner.

Le lendemain je pars de bonne heure. Googlemap m’annonçait 19min de trajet. Mon sens de l’orientation valant mon sens de la finance je pars avec une heure d’avance. Très étonnamment, je me perds. Il me faudra 40 min pour arriver. Oui c’était facile à trouver. J’avais mis 1h20 pour faire les 15km[2] jusqu’à mon précédent boulot la première fois, je suis clairement en progrès.

Le décors est original. Bâtiment austère partagé avec 2 autres sociétés. La comparaison de la taille des caractères utilisés par chaque société pour indiquer sa présence semble dénoncer une volonté marquée de n’être trouvée que par le facteur et ceux qui sauraient où chercher. Une porte est ouverte, je m’engouffre.

Heureusement que quelqu’un fait le ménage, parce que personne ne semble s’intéresser à moi. Ça n’étonne personne que j’erre dans l’entrée et aucun ne s’en inquiète. Un passant de passage en costume cravate, un téléphone rivé à l’oreille me sert même la main…

Entretien

Oubliez tout ce que vous avez connu. Ma formation ? survolée. Mes compétences ? « c’est pas le plus important ». Mon parcours ? on s’en cogne joyeusement les roubignoles contre une porte-fenêtre en polychlorure de vinyle. De quoi peut-on alors bien parler pendant 1heure d’entretien ? Et bien on peut diviser en 3 parties de 20minutes :

  • la société,
    pourquoi elle marche, pourquoi elle fait du bénef, pourquoi elle est mieux que les autres. Tout cela expliqué dans un bureau de 4m² vide…
  • le produit,
    tellement uber ! même que franchement « faut être con pour pas signer, moi je le dis » qu’on est deuxième avec ce produit mais que là cette année on va passer numéro 1
  • le salaire,
    que la société a rien contre les signes extérieurs de richesse et que je peux même avoir ma voiture de fonction, mon ordi portable et que ma femme sera invitée à toutes les réunions parce qu’on sait bien ce que la réussite suppose pour un couple !

Ma motivation ? résumée en 5 mots rapides et écrits sur le dépliant que JE garde.

Là j’avoue que sa crédibilité a bien baissé. D’autant plus qu’il m’a expliqué la rémunération. Et ça c’est magnifique.

Rémunération

tas_de_billets.jpgA me vendre comme ça son entreprise et son produit sans s’occuper de mes compétences, j’en étais arrivé à la conclusion qu’il recrutait pour un poste subalterne tellement rébarbatif et mal payé qu’il lui fallait développer d’abord ces points pour avoir une chance que je reste jusqu’au bout écouter la suite.

Stupeur et tremblement. J’apprends[3] qu’en fait, ce serait pour être une espèce de commercial[4], pour vendre des plans d’épargne retraite. Oui, bien sûr. Mon honnêteté[5] me pousse à repréciser que je n’y connais absolument rien. Heureusement, ça n’a aucune importance.

On commence à parler salaire, je vous passe les détails de la rémunération à l’unité mais en gros, un contrat signé rapporte 200€, on a le temps de faire 20 rendez vous par semaine sans se presser et au minimum 30% signent (ce qui fait quand même 70% de cons selon son raisonnement). Bref il m’annonce un départ à 4800€/mois, alors que je n’y connais rien et n’ai aucune technique. Il m’explique bien ensuite qu’il a des difficultés à recruter justement parce qu’il est franc sur le salaire et que les gens croient à une arnaque …

Mes yeux commencent à sortir des orbites mais je me contiens. Il m’explique ensuite que ces 4800€ sont une erreur. Au bout de 2500€, j’ai une promotion, 80% d’augmentation de ma commission. Et le pouvoir de devenir recruteur et d’engager une équipe de 3 personnes. Tout comme moi j’aurais été aidé à vendre, je devrai les aider à vendre, et j’empocherai au passage la différence entre ce qu’aurait été ma commission pour un dossier géré seul, et leur commission à eux, soit donc 80% directement juste pour les accompagner jusqu’à ce qu’ils fassent 2500€…

Et de me calculer par A+B que l’on atteint très vite 10k€ … ce qu’il s’est fait nonchalamment en janvier.

Fin de l’entretien, lui qui se vantait de pouvoir donner une réponse positive ou négative directement devra en parler avec son collègue, bien que le schéma de la société ne permette pas d’imaginer de hiérarchie collégiale. Et que le statut d’indépendant proposé n’est pas suffisamment risqué pour nécessiter concertation. Et que la rémunération sans aucune partie fixe exclut toute incertitude financière…

Pyramide.gifIl me laisse donc au bout d’une heure avec une belle plaquette publicitaire … celle sur laquelle il a pris des notes pendant tout l’entretien, ainsi qu’un petit dépliant sur lequel je pourrai noter recto/verso les noms numéros et professions d’une cinquantaine de mes connaissances qui pourraient être intéressées par le produit vendu. Il va de soi que c’est plus facile de démarrer par là. Même que certains ont essayé par l’annuaire, ça marche mais c’est trop long. Alors commencer par les connaissance est une bonne idée. Après tout elles ont confiance, et puis même si ça ne les intéresse pas, elles pourront fournir « 8 à 12 personnes de leur propre entourage » qui pourraient être intéressées.

Je repars avec un sentiment diffus. Pourquoi me vendre à ce point cette société au lieu de me faire me vendre ? Pourquoi la seule partie de mon CV qui l’a intéressé c’est « permis B et véhicule » ? Pourquoi n’y avait-il même pas de réceptionniste s’ils brassent autant de brouzoufs ? Qui cela peut-il intéresser d’avoir une mini ou un buggy de fonction ? Si l’on monte si vite en grade … comment se fait il qu’il n’y ait que 6 grades. Comment l’état belge peut-il m’autoriser à faire de la « finance » après une seule journée de séminaire ? Et comment un séminaire de deux jours peut il par chance se tenir sur une seule journée justement la semaine prochaine ?

Une dernière recherche google mentionnant le tarif de la participation à ce séminaire obligatoire ne tarda pas à me convaincre.

…Monde de rêve merde

Notes

[1] pour la précision je suis déjà pris de vertiges sur un tabouret

[2] en voiture et sans embouteillage, je précise

[3] ça fait 40 min que je suis en entretien, il serait peut-être temps

[4] de la finance au commercial,…

[5] mal barré pour commercial hein ? :p

  • Share/Bookmark

4 commentaires sur “Monde de rêve”

  1. Pacotine dit :

    comme c’est bizarre de trouver ça étrangement curieux !

  2. Fildeon dit :

    ah les arnaques pyramidales, c’est vieux comme le monde, tout le monde sait que ça ne fonctionne pas mais subsiste toujours un espoir ^^

  3. tykayn dit :

    bien avant d’atteindre la population mondiale comme employés on a beaucoup de pognon =D
    heh, ce serait pas ça qui explique pourquoi tu t’es barré de wow ?

  4. Kara dit :

    Youpi, il m’a rappelé pour un deuxième entretien car il a réussi a convaincre son chef … parce que j’ai toutes les qualtités requises : ie : un bon réseau (omg jlui ai pourtant dit que je connaissais personne), des notions de finances … quasiment négatives, et de l’envie (erf ! )

    ça m’a permit d’apprendre que ce n’est absolument pas une arnaque pyramidale, c’est du marketing de réseau

Laisser une réponse