Sushi, mon ami: mode d’emploi du « Comment faire des sushis chez soi »

Ou « J’adore les sushis », version « fait maison »

Il faut bien le reconnaitre, les restaurants Japonais sont chers. Ou loin. Ou pas.

En cela, il faut avouer que leurs tarifs sont nettement plus justifiés que ceux des pizzerias mais là n’est pas le problème. Le problème c’est de les faire, et de préférence apprécier ensuite les manger.

Pour cela, rien de tel qu’un petit tutoriel en image: (je préviens, le texte est long… mais y’a tout plein de photos !!!)

Des bons sushis

Oui, faire des sushis chez soi, comme je l’avais déjà dit ici, c’est à la portée de n’importe qui pour peu que vous ne fassiez pas de choc anaphylactique en touchant du poisson. Mais dans ce cas pourquoi vouloir faire des sushis…

J’avais prévenu aussi que j’expliquerai comment faire vous même vos propres (de préférence …) sushis, je tiens parole. Voici donc la marche à suivre (et en cadence je vous prie, pas de bruit, en rang par deux on avance et on se tait ! ).

1° – Les ingrédients :

La première chose à faire est de vérifier que vous avez tout.
Il vous faut:

  • Du riz
    IMG_0046.JPGAlors là je dis « Attention ! » Le basmati super chic, tellement blanc qu’on pourrait guider les atterrissages des avions avec, ramassé à la main dans les rizières de Thaïlande par une jeune vierge qui vient de fêter sa première lune vous pouvez le jeter ! Pas de ça ici ! Que nenni ! On ne cherche pas a faire des sushis façon Vieme Arrondissement de Paris là [1] Le riz qu’il faut c’est le riz rond.
  • Du vinaigre de riz
    C’est marqué dessus …
  • Du mirin
    C’est un alcool de riz très sucré, comme le vinaigre de riz vous pourrez trouver ça en supérette spécialisée
  • De la sauce soja
    Etonnant hein ? Moi qui la gardait pour faire le gigot…
  • Du sucre en poudre
    Non ce n’est pas une blague
  • Du sake
  • Du wasabi
    Pas le film avec Jean Réno[2] hein…
  • Du poisson (non ? si ! )
IMG_0041.JPG IMG_0037.JPG IMG_0042.JPG

Et spécifiquement pour les makis[3]:
IMG_0056.JPG

  • Des algues yaki-suhi nori
  • Ce que vous aimez
    Sérieusement, c’est un plat. comme dans tous les plats on peut mettre ce que l’on aime dedans. La dernière fois, il y avait de la prune marinée (bon là y’en a plus, mais y’en aurait ça serait pareil mais avec)

J’ai dit que ce n’était pas cher, je le maintiens même si la liste des ingrédients semble dire le contraire. Lorsque vous faites une salade, vous n’allez pas commencer à calculer le prix par rapport à l’huile, au vinaigre et à la moutarde ? C’est exactement le même cas ici. Avec le sake, le mirin ou le vinaigre de riz vous allez pouvoir faire 20 fois des sushis.

La plus grosse dépense restera la poisson, et franchement… IMG_0054.JPG Avec ça, vous êtes parés à faire un magnifique repas de sushis, sashimis et makis. En tout cas vous avez les munitions, passons à l’équipement requis.

2° – Les ustensiles :

Alors le gros avantage des sushis par rapport au couscous, c’est qu’il y a besoin de très peu.

Vous avez une passoire, une casserole, une louche ou une spatule, un saladier, 2 petites coupelles (1 seule si vous lavez au fur et à mesure), une grosse cuillère et un couteau ? Tant mieux si vous avez hoché la tête, c’est tout ce dont vous aurez besoin pour faire les sushis.

Si en raclant les fond de placard vous trouvez des plats plats[4] ou des assiettes et quelques petits bâtons bien droits et durs[5]

C’est absolument tout. Vous pouvez ranger la couscoussière, la poêle anti-adhésive, le mixer 12 vitesses et le micro-onde qui fait grill quand on appuie sur le bouton qui va bien, si vous les utilisez c’est que vous avez raté un truc ou que vous lisez ce tuto en préparant autre chose

Passons à la préparation proprement dite.

Le plus long, vu que vous n’avez pas acheté un poisson entier, sera de préparer le riz

3° – Préparation du riz :

Très franchement, c’est le plus compliqué et le plus ennuyeux, et le plus long à faire.

Une fois le riz prêt, le reste c’est un peu comme dresser la table: on met tout bien pour que ça fasse propre dans le plat. Le problème c’est qu’il va pas se préparer tout seul.

J’aurais pu faire un billet juste sur le riz mais bon …

Pré-préparation du riz :

Avant même de cuire votre riz rond, il va d’abord falloir le laver : mettez-le dans une passoire et hop sous le robinet d’eau froide jusqu’à ce que l’eau qui passe à travers le riz ne soit plus trouble (attention, elle redevient trouble dès qu’on malaxe le riz, il faut continuez jusqu’à ce qu’elle soit claire). Une fois que l’eau de rinçage est limpide le riz est prêt… à être cuit !

Cuisson du riz :

IMG_0036.JPG Le but est d’obtenir du riz qui colle, oubliez donc ce que vous avez lu sur votre paquet de tata ben.

Faites bouillir de l’eau que vous aurez préalablement salée et dans laquelle vous aurez mis un peu de saké (Pour préciser la dose idéale, vous voyez une rasade ? ben vous en mettez une pile poil. Ça doit fonctionner aussi avec 0.8 lampée par contre n’essayez pas la poignée de sake, ce serait gâcher).

Versez le riz dans l’eau bouillante, pour faire bonne mesure une fois dedans le niveau de l’eau doit être entre 0.5 et 1cm au dessus du niveau du riz.

Il ne reste plus qu’à attendre que l’eau soit réduite et le riz sera cuit, mais pas prêt pour autant.

La sauce :

Pendant que le riz cuit, vous aurez pris soin de préparer la sauce :

  • 8 CàS de vinaigre de riz
  • 2 CàS de Mirin
  • 2 CàS de sauce soja
  • 5 CàS de Sucre

Le tout bien mélangé.

Préparation du riz :

IMG_0049.JPG Mélangez le riz cuit avec la sauce dans un saladier et laissez refroidir le tout en mélangeant de temps en temps. Posez un chiffon humide sur le saladier pour éviter que le riz se sèche trop.

Il ne reste qu’à attendre. Ça peut être long, mieux vaut donc le préparer suffisamment à l’avance

Typiquement en début d’après midi pour le soir.

Lorsque le riz est enfin froid vous pouvez passer à la préparation des sushis.

4° – Préparation des sushis :

Enfin on s’occupe du poisson !
IMG_0064.JPG

Vous enlevez la peau, les arrêtes et vous coupez le poisson. Là franchement j’ai pas de conseil à donner, ça dépend de votre poisson et de la gueule qu’il a.

Gardez une ou plusieurs lanières pour les makis, les morceaux que vous réussissez à couper bien proprement rectangulaire, pour les sushis, le reste en sashimi (sans le riz en dessous).

Tous les poissons sont bons mais gras c’est meilleur (thon, saumon).

Une fois vos morceaux de poissons coupés (avec déjà une idée de ce que vous allez en faire), commence le plus difficile.

Le suchi : un combat entre l’homme et … le riz !

Vous avez votre riz, froid, sec mais pas trop.

Vous pouvez de suite faire vos sushis ou bien vous amuser comme moi à colorer du riz. Un peu de colorant alimentaire [6] dans un peu de vinaigre de riz, et on mélange bien. Je pense la prochaine fois le colorer avant de le refroidir (donc avant qu’il sèche) pour ne pas avoir à le remouiller car il devient très difficile à travailler ensuite.

Colorants alimentaires Un peu de rouge dans du vinaigreRiz coloré

Pour faire le sushi c’est relativement simple, mettez le bout de poisson dans la paume de la main pensez à avoir une petite coupelle emplie de vinaigre de riz pour vous rincer les mains et éviter que le riz vous colle aux doigts, une caresse de wasabi, un peu de riz par dessus, on tasse avec l’autre main et hop le sushi est prêt. Recommencez l’opération jusqu’à en avoir « assez » [7]

Le maki : si vous roulez avec plus d’une feuille, ce n’est pas du poisson que vous avez mis dedans !

Maki de riz jaune Maki bi Rouleau de maki, ne pas fumer !

Si vous avez de ces petits sets de table en bambou posez la feuille de yaki-suhi nori dessus, étalez une bonne couche de riz sur toute la longueur, laissez bien au moins 1cm de chaque coté pour coller. Posez une lamelle de poisson sur la longueur et roulez. On colle les bords en les humidifiant avec le vinaigre de riz[8]

Une fois roulés, laissez reposer un peu les makis avant de les couper avec un couteau très aiguisé et rincé au vinaigre de riz.

Le sashimi : On ne riz pas !

Trop bien, le sashimi c’est simplement un morceau de poisson, tout seul sans rien.

Le truc ultime quoi ! Tellement simple que j’ai même pas pensé à faire une photo.
Au passage si vous ne voulez pas vous embêter avec du riz et tout ça, une belle assiette de sashimi, ça le fait aussi. Juste qu’il faut prévoir plus de poisson si y’a pas le riz pour calmer la faim.

5° – La présentation :

En faite, quel que soit ce à quoi vous arrivez, ça fera un truc sympa qu’on a envie de manger
La preuve :

Miam IMG_0072.JPG IMG_0071.JPG

6° – Le mangeage :

Erf, pas eu le temps de prendre une photo, tellement Pacotine s’est jeté dessus !

Pour information à ceux qui n’oseraient pas se lancer : ce n’etait que la deuxième fois que j’en faisais. La première est en photo ici Je manque encore de pratique pour bien faire les boulettes de riz et surtout je maitrise mal cette cuisson mais le résultat est très mangeable et l’esthétique viendra avec la pratique du moins je l’espère.

Pour information à ceux qui se sont déjà lancés: tout conseil est le bienvenu. :)

Notes

[1] J’en reste traumatisé, des sushis au basmati et des cuisiniers qui se hurle dessus en chinois tellement fort qu’on en vient à prier pour que le service soit rapide

[2] de tout façon il semblait être pour hadopi : boycott !

[3] les rouleaux, avec l’algue autour

[4] par opposition à leurs ennemis jurés, les plats creux

[5] Si vous avez souris, vous n’auriez pas du, je parlais de baguettes !

[6] ou on peut faire avec de la betterave et des trucs « du jardin » mais bon faut bien vivre avec son temps, et j’aime pas la betterave et j’ai pas de jardin

[7] « Assez » représente « ce que vous pensez qui suffit +50% » . Si vous faites pour plusieurs… bon courage et prévoyez un dessert.

[8] Non, en aucun cas on ne lèche !!!

  • Share/Bookmark

9 commentaires sur “Sushi, mon ami: mode d’emploi du « Comment faire des sushis chez soi »”

  1. Fildeon dit :

    un conseil pour choisir le poisson?

  2. Kara dit :

    Pour le poisson de préférence du gras genre thon rouge (le meilleur mais le plus cher) ou saumon, le lieu noir passe bien aussi mais plus en sushi qu’en sashimi.

    Une bête truite saumonée est excellente

    Le hareng s’est révélé être très chiant à utiliser et pas assez subtil.

    La lotte doit être très bien je pense, la sardine ptet un peu trop « pas assez douce »

  3. Pacotine dit :

    cuisine facile

    le blog de mon chéri Et pour en parler directement ici , ce qui prend du temps c’est de faire des maki, finalement quand on investit un peu plus de 2€ dans un moule à sushi ça devient simplissime si on s’en tient au sushi tout bête (qu’on vienne pas…

  4. [...] le blog de mon chéri [...]

  5. [...] dans l’idée depuis un moment de refaire le tuto sushi, ou au moins les photos car la conversion sur wordpress n’a pas aidé la mise en page. Mais [...]

  6. lambertine dit :

    Excellent. J’ai bien riz !
    Me reste à essayer. Mais ça m’étonnerait que ma vieille maman apprécie. Elle est plutôt Salade Liégeoise !
    (Moi je suis les deux. Donc j’essaierai, sans ma vieille maman, et sans la poignée de Saké dans le riz)

  7. milet dit :

    Super, par contre vous pouvez trouver des ustensiles simple pour réaliser vos sushis et maki sur SUSHISFACIL.COM c’est super et bien expliqué, bonne journée

  8. Datawolf dit :

    Le riz risque d’être moins blanc avec cette sauce, non ?

  9. Kara dit :

    Du tout, en fait ça lui donne du brillant.

Laisser une réponse